14 juillet 2024

Apple : pour des fonctionnalités d’IA, les Européens devront attendre

Apple retarde le déploiement de certaines innovations en Europe

Apple, géant de la technologie, a récemment annoncé qu’il ne lancerait pas certaines de ses nouvelles fonctionnalités d’intelligence artificielle en Europe en 2024. La cause de ce report ? Le Digital Markets Act, une directive européenne impulsée pour entraver les comportements anticoncurrentiels des plateformes technologiques majeures. Le risque de ce report ? Une déception potentielle des consommateurs européens et un potentiel élargissement du fossé technologique entre l’Europe et les États-Unis.

Les enjeux liés au Digital Markets Act

Le report du lancement des nouvelles fonctionnalités d’intelligence artificielle d’Apple concerne des éléments phares comme Apple Intelligence, iPhone Mirroring et les optimisations de SharePlay Screen Sharing. L’inquiétude d’Apple réside dans les exigences d’interopérabilité imposées par le Digital Markets Act qui, selon l’entreprise, pourraient venir compromettre la sécurité et la confidentialité des utilisateurs. « Les exigences d’interopérabilité du DMA pourraient nous forcer à compromettre l’intégrité de nos produits d’une manière qui met en danger la confidentialité et la sécurité des données des utilisateurs », a souligné Fred Sainz, porte-parole d’Apple.

En effet, ces nouveautés touchent de près aux données personnelles des utilisateurs. Cela comprend entre autres la génération de texte, la transcription d’appels et la gestion des notifications. Le challenge est donc de taille pour l’entreprise à la pomme : comment déployer ce type d’innovation en gardant un niveau de sécurité et de confidentialité adéquat ?

L’Europe insiste sur la concurrence équitable

Malgré ces réserves, l’Union Européenne maintient sa position. Selon le porte-parole de l’UE, Thomas Regnier, le marché européen doit rester ouvert aux entreprises qui respectent les règles d’une concurrence équitable. Les « gardiens de l’accès », tel qu’Apple, se doivent de permettre à des entreprises tierces d’interagir avec leurs services.

Dans ce cadre, Apple s’est exprimé en affirmant sa volonté de travailler avec la Commission européenne pour déployer ces nouvelles fonctionnalités sans faire de compromis en termes de sécurité pour les utilisateurs. L’enjeu ici est de taille pour Apple, dont les ventes nettes sur le marché européen ont atteint 94,3 milliards de dollars en 2023. Le non-déploiement de ces fonctions pourrait non seulement décevoir les consommateurs européens, mais aussi impacter la compétitivité d’Apple sur ce marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *