14 juillet 2024

Arnaque : quand les pirates se font passer pour… Cybermalveillance !

Chapeau

Prenez garde ! Des courriels frauduleux, usurpant l’identité du site gouvernemental français Cybermalveillance.gouv.fr, ont été signalés depuis début juillet 2024. Ces emails malveillants visent à piéger les internautes en leur faisant croire qu’ils font partie des victimes admises à un programme de remboursement suite à une arnaque. Nous partageons ici des conseils pour éviter de tomber dans le piège.

Un modus operandi trompeur

Les victimes de cette forme d’arnaque reçoivent un courrier électronique qui semble être envoyé par le site Cybermalveillance.gouv.fr, cautionnée par l’utilisation de logos officiels. Le message insiste sur la mise en place d’un programme de remboursement destiné aux victimes d’arnaque. Les destinataires, trompés par ces semblants de preuves officielles, sont alors invités à livrer leurs informations personnelles et bancaires, croyant s’adresser à un membre de l’organisme gouvernemental. Ces données sont ensuite utilisées à des fins frauduleuses.

Il est important de rester vigilant car les arnaqueurs sont de plus en plus habiles pour dissimuler leur manoeuvre frauduleuse. Des sites web trompeurs, reprenant le design des sites officiels, incitent les victimes à entrer leurs informations bancaires pour soi-disant vérifier leur identité ou traiter un remboursement, lesquelles sont ensuite récupérées et exploitées illégalement. Le recours au dark web est également employé pour vendre ces données volées.

Comment se prémunir contre ces arnaques ?

Plusieurs moyens existent pour repérer ces tentatives d’escroquerie. Prêtez attention aux adresses mail expéditrices, qui peuvent présenter des nuances par rapport aux adresses officielles. Sachez également qu’aucun organisme digne de ce nom ne vous demandera via email vos données personnelles ou bancaire. En outre, avant de cliquer sur un lien, effleurez-le simplement avec votre curseur pour déceler la véritable URL du lien.

En cas de réception d’un courriel suspect, la première des choses à faire est de ne pas y répondre ni cliquer sur un quelconque lien. Immédiatement après, signalez cet email à l’organisme officiel concerné en passant par leurs canaux de communication officiels. Il est également recommandé de garder votre logiciel antivirus régulièrement mis à jour et de s’équiper d’outils de sécurité supplémentaires tels que des bloqueurs de hameçonnage (phishing) ou des gestionnaires de mots de passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *