16 juillet 2024

Nouvelles mesures pour soutenir les parents actifs : ce qui va changer

« `

Lutte contre les défis socio-économiques rencontrés par les couples actifs en France : De quoi est-il question ?

Analysons de plus près la situation des parents actifs en France sous le gouvernement de Gabriel Attal. Leur vie quotidienne reste parsemée d’obstacles, malgré les initiatives adoptées pour pallier aux problèmes d’économie et de logistique des familles actives. Les parents sont contraints de gérer les coûts exorbitants de la garde d’enfants et cherchent désespérément des alternatives pour assurer l’équilibre entre leur travail et leur vie de famille.

Des coûts de garde d’enfants au “retour” au bureau: une équation difficile à résoudre pour les parents actifs

Malgré l’élargissement du congé parental et la mise en place de subventions pour la garde d’enfants, l’équilibre reste précaire pour de nombreux parents actifs. Les démarches du gouvernement semblent insuffisantes face à l’importance des enjeux pour les familles où les deux parents travaillent. En effet, une récente enquête montre que 71% des participants constatent des impacts négatifs du retour au travail en présentiel, surtout en cette période post-pandémique.

Sur le plan économique, le coût des services de garde d’enfants reste un problème majeur: il engloutit, en moyenne, 493 € chaque semaine. Crèche, babysitting, transport… cette charge financière est lourde et pousse 74% des parents à limiter leurs dépenses même dans des secteurs vitaux comme la santé ou l’alimentation. Cette pression accrue a un impact sur l’équilibre de vie des parents et incite 73% des familles à demander un travail plus flexible, tandis que plus de 63,5% envisageraient de quitter leur emploi pour mieux gérer leurs responsabilités familiales.

Mise en place de solutions concrètes pour soutenir les familles actives

La flexibilité au travail s’avère un besoin crucial pour ces foyers. La plupart des salariés (76% des hommes et 68,5% des femmes) déclarent subir des conséquences négatives liées à la reprise du travail en présentiel. Cette volonté d’avoir un emploi flexible encourage 61% des répondants à proposer à leur partenaire de démissionner pour s’occuper de la garde des enfants.

Les politiques en place sont clairement jugées insuffisantes. De plus, 86% des parents interrogés se prononcent en faveur d’une meilleure réglementation du travail pour les soutenir, tandis que 81% pensent que le gouvernement devrait investir davantage dans les structures d’accueil d’enfants. Cette exigence de changement est amplifiée par un sentiment fréquent de discrimination au travail liée à leur statut de parent, exprimé par plus de la moitié des participants à l’étude. En conclusion, la meilleure prise en compte des nécessités des familles actives, par l’instauration de modes de travail flexibles et le renforcement des aides liées à la garde des enfants, apparaît comme une solution nécessaire pour améliorer l’équilibre vie familiale et vie professionnelle des parents actifs en France.

« `

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *