1 mars 2024

Nestlé : des ultraviolets et du charbon actif pour traiter des eaux minérales

* [Facebook](#)
* [Twitter](#)
* [LinkedIn](#)
* [WhatsApp](#)
* [Telegram](#)
* [Plus](#)

En 2021 a eu lieu une révélation surprenante. Nestlé Waters, leader mondial en matière de production d’eau embouteillée, a reconnu l’utilisation de méthodes de traitement non approuvées – Ultraviolets et filtres au charbon actif – sur des eaux minérales connues comme Perrier, Vittel, Hépar et Contrex.

Nestlé Waters face à la transgression de réglementations

Ces méthodes, destinées assurer l’innocuité alimentaire, ont **violé les normes françaises en vigueur** qui prohibent toute désinfection des eaux minérales naturelles. Les réglementations imposent que ces eaux soient naturellement pures, à la différence de l’eau du robinet sujette à une désinfection avant usage.

De telles pratiques non conformes ont entrainé des répercussions diverses pour Nestlé Waters. En premier lieu, l’obligation d’abolir ces traitements a abouti à la **clôture de divers puits dans les Vosges**, influençant ainsi la production de Hépar et Contrex. De surcroît, [Nestlé](https://www.economiematin.fr/hausse-prix-nestle-marque-inflation-2023) s’est vu contraint d’investir 50 millions d’euros et dédier dix-huit mois de labeur à la mise en conformité aux régulations, provoquant une diminution de la production de certaines eaux et la cessation de la vente de Vittel en Allemagne. La compagnie a aussi lancé une nouvelle gamme, Maison Perrier, en guise de compensation à la baisse de la production de Perrier.

Confrontation de Nestlé Waters à la régulation et à sa responsabilité

Muriel Lienau, chef de Nestlé Waters Europe et de Nestlé France, a admis les fautes de la société tout en soulignant ses efforts pour rectifier le tir tout en conservant emplois et qualité des produits. Néanmoins, cette reconnaissance a des **incidences sérieuses sur la réputation de la société et son marché**, celles-ci ayant déjà été affectées par des scandales précédents à l’instar de celui concernant des pizzas Buitoni contaminées. Nestlé Waters a vu sa part de marché en France se réduire, passant de 27% à 23%, outre une chute également constatée pour Perrier qui est passée de 45% à 40%.

Cette situation soulève des débats essentiels en matière d’équilibre entre sécurité alimentaire et adhérence stricte aux normes réglementaires. Tandis que Nestlé Waters s’efforce de se conformer et de reconquérir les faveurs des consommateurs, cette reconnaissance met l’accent sur l’importance pour les entreprises agroalimentaires d’aborder prudemment un contexte réglementaire mouvant. Transparence et conformité demeurent des piliers centraux pour préserver la confiance du public envers marques et produits qu’ils consomment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *