14 juin 2024

Pratiques anticoncurrentielles : Mondelez se voit infliger une amende

« `html

Mondelez International: Une amende sans précédent pour pratiques anticoncurrentielles

Le groupe alimentaire mondial Mondelez International est récemment monté sur le devant de la scène pour de mauvaises raisons. La Commission européenne lui a attribué une amende colossale de 337,5 millions d’euros pour avoir violé des principes fondamentaux du commerce en bloc dans l’UE. Sa politique commerciale anticoncurrentielle a non seulement impacté les prix des produits au détriment des consommateurs européens, mais a également limité leur disponibilité.

Pénaliser un système restrictif de transactions transfrontalières

L’entreprise est sous le feu des projecteurs pour avoir érigé des obstacles aux ventes transfrontalières entre les pays membres de l’UE. Ces pratiques ont contraint des distributeurs exclusifs à maintenir des prix élevés par rapport aux ventes locales, empêchant ainsi une baisse potentielle des prix qui pourrait découler d’une concurrence accrue. Le large éventail de produits concernés, du chocolat aux biscuits en passant par le café, a eu pour conséquence directe de limiter la disponibilité des produits Mondelez sur le marché européen.

Plus précisément, l’entreprise a mis en place un système autoritaire, empêchant dix distributeurs exclusifs de répondre aux demandes d’achats des clients provenant d’autres États membres de l’UE sans avoir reçu une autorisation préalable de la firme. Cette politique restrictive était manifestement conçue pour éviter une baisse des prix liée à une éventuelle intensification de la concurrence sur les différents marchés nationaux.

Les conséquences d’une remise en question du principe de marché unique

L’ampleur de l’affaire, au-delà de son impact évident sur les prix des produits de consommation, a fait l’objet d’une large couverture médiatique et a déclenché une réaction virulente des autorités européennes. La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a souligné le caractère crucial de l’affaire non seulement du point de vue économique, mais aussi en ce qui concerne le principe fondamental du projet européen: un marché unique et la libre circulation des biens.

La détermination de l’UE à faire respecter ses règles de concurrence est ici mise en évidence. Surtout dans des secteurs où une transparence des prix et une libre concurrence sont indispensables pour la bonne marche du marché intérieur. L’amende astrale infligée au géant de l’alimentation devrait donc servir d’avertissement aux autres acteurs majeurs du marché, les encourageant à se conformer strictement aux directives européennes en matière de commerce et de concurrence.

« `