2 mars 2024

Alimentation : vous saurez (enfin) d’où vient votre miel

Zoom sur le marché du miel en Europe: Enjeux et réglementations à venir

Origine du miel: la demande croissante pour la transparence

L’Europe, deuxième plus grand importateur de miel mondial après les Etats-Unis, a une production de miel reliant 600 000 apiculteurs et environ 17 millions de ruches mais doit malgré tout importer près de 40% de sa consommation. Le miel est principalement importé d’Asie, d’Amérique latine et d’Ukraine. Face à une demande croissante des consommateurs et de l’industrie agroalimentaire, cette importation est surtout justifiée par un coût moindre comparé à la production locale. Cependant, le marché se retrouve aux prises avec des problèmes de qualité, de nombreux miels bon marché étant dilués avec des sirops de sucre. Cela a d’ailleurs été dénoncé par des apiculteurs français lors de manifestations de grogne paysanne.

En réponse à cette problématique, l'[Union européenne](https://www.europe.eu/) vas désormais imposer que chaque pot de miel précise le pays d’origine du miel et s’il provient ou non de l’UE. Les étiquettes devront aussi indiquer l’origine du sucre et son pourcentage. Pour les mélanges, le pourcentage de chaque pays devra être spécifié. Cette mesure sera appliquée suite à son adoption par le parlement européen et le Conseil de l’Union européenne.

Les répercussion de cette législation sur les consommateurs et les producteurs

La mise en place de cette nouvelle législation répond à des enjeux multiples. Elle vise à la fois à protéger les [consommateurs](https://www.francebleu.fr/l-etiquetage-du-miel-une-premiere-en-europe-1447517646) contre les fraudes alimentaires, en leur permettant d’identifier clairement l’origine de leur miel et de vérifier s’il contient ou non du sucre ajouté. Selon une enquête européenne menée entre 2021 et 2022, 46% de 320 échantillons de miel contrôlés à la frontière présentaient des traces de sucre supplémentaires non naturels.

D’autre part, la mesure vise à soutenir les apiculteurs européens, qui sont en concurrence déloyale avec des importations plus économiques. Elle a également pour but de faciliter la collecte de données par la création d’une plateforme européenne et l’introduction d’un code d’identification unique pour chaque pot de miel.

Grâce à cette législation, l’union européenne entend apporter des solutions concrètes à un secteur apicole en difficulté et répondre aux attentes des consommateurs qui demandent une transparence accru sur la provenance et la production de leur miel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *