14 avril 2024

Énergie : l’autoconsommation collective ouverte aux abonnements au gaz

L’autoconsommation collective de gaz renouvelable : une nouvelle avancée pour la transition énergétique

Une ouverture à l’autoconsommation collective de gaz renouvelable

Depuis l’entrée en vigueur de deux décrets et un arrêté le 29 mars 2024, une nouvelle forme d’autoconsommation a vu le jour : celle du gaz renouvelable. Pour bénéficier de cette innovation, les participants doivent se situer dans un rayon de deux kilomètres, distance pouvant être étendue à 20 kilomètres pour les projets situés dans les zones rurales ou périurbaines. Notons également que pour être éligibles, ces infrastructures ne doivent pas produire plus de 25 gigawattheures par an.

Ce nouveau décret permet notamment aux bailleurs sociaux de produire leur propre gaz renouvelable, à partir de sources telles que le biogaz issu de la méthanisation. Ils peuvent ensuite le répartir entre les différentes constructions de leur parc immobilier ou leurs locataires. Il s’agit d’un véritable pas en avant pour le chauffage, la cuisson et autres usages du gaz au quotidien.

Les bénéfices de l’autoconsommation collective

Le modèle de l’autoconsommation collective repose sur un principe simple : la production et la consommation locale d’énergie renouvelable par un groupe d’acteurs (individus, entreprises, collectivités…), situés à proximité les uns des autres. Dans la pratique, cette énergie produite (que ce soit solaire, éolienne, ou désormais le gaz renouvelable) est partagée entre multiples consommateurs liés à un même réseau de distribution local, sans avoir à transiter par le réseau de distribution national.

Chaque participant à ce système utilise l’énergie produite selon ses propres besoins. L’excédent peut être réparti entre les autres membres du groupe, ou alors vendu sur le réseau national. Il en résulte que les consommateurs rémunèrent leur consommation réelle et participent à un circuit court. Ils peuvent ainsi minimiser leur empreinte carbone et réduire leur facture, celle-ci n’étant plus indexée au prix du marché de gros du gaz.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *