1 mars 2024

Immobilier : les ventes au plus bas depuis 30 ans en 2023

Choc Immobilier: Un déclin sans précédent marque l’immobilier français en 2023

Face à des taux d’intérêt toujours en hausse et une inflation toujours vigoureuse, le marché immobilier français a prouvé sa vulnérabilité avec une [chute historique de 22% des transactions en 2023](https://www.economiematin.fr/immobilier-baisse-vente-consequences). Avec seulement 875 000 accords conclus, en comparaison du pic de 1992 de 500 000 ventes, le pays a connu une baisse inédite de 240 000 ventes par rapport à 2022.

Selon [Loïc Cantin, le président de la Fédération Nationale de l’Immobilier](https://www.20minutes.fr/societe/4070848-20240116-immobilier-ventes-chute-22-2023), la cause déclenchante de ce crash a été l’augmentation rapide des taux d’intérêt qui a eu pour effet une diminution de -25% de la capacité de prêt depuis janvier 2022. Cela met en lumière l’importance d’une réponse économique astucieuse pour résoudre cette situation problématique.

Des répercussions de la baisse qui pourrait déboucher sur un réajustement des prix

Dans une tentative d’optimisme, la Fédération Nationale de l’Immobilier prédit que cette chute drastique pourrait se transformer en une [opportunité d’ajustement des prix en 2024](https://www.leparisien.fr/immobilier/immobilier-apres-une-chute-historique-des-ventes-les-prix-devraient-baisser-en-2024-16-01-2024-M4ZEHNN37ZCEJDYTF6QBSQFTLA.php), la première depuis 2009. Une révision des prix pourrait, en effet, relancer la demande et renouer les liens entre consommateurs et investissement immobilier.

Selon la Fnaim, les Français ont subi une baisse de 15% de leur pouvoir d’achat immobilier depuis deux ans. L’accessibilité financière de l’immobilier est un élément essentiel pour stabiliser et stimuler le marché immobilier français dans le futur, surtout pour les jeunes couples qui aspirent à faire de la propriété leur projet de vie.

Des conséquences déjà palpables dans les grandes villes

Cette affaire n’est pas seulement une histoire de chiffres. Les effets de cette chute sont déjà visibles, particulièrement dans les grandes villes comme Paris où [les prix ont baissé de 5.7%](https://www.leparisien.fr/immobilier/immobilier-apres-une-chute-historique-des-ventes-les-prix-devraient-baisser-en-2024-16-01-2024-M4ZEHNN37ZCEJDYTF6QBSQFTLA.php), ramenant le mètre carré en dessous du seuil symbolique des 10.000 euros.

En moyenne, les grandes villes de province ont vu leurs prix baisser de 2,6%, tandis que la baisse nationale est de 1%. Les exceptions résident dans les tarifs dans les stations de ski et en Corse et sur la Méditerranée dont l’appeal touristique a maintenu une certaine attractivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *