14 avril 2024

Inflation : les prix vont augmenter en 2024 selon Leclerc

* [Facebook](#)
* [Twitter](#)
* [LinkedIn](#)
* [WhatsApp](#)
* [Telegram](#)
* [Plus](#)

Michel-Edouard Leclerc, le président des Centres E. Leclerc, a prévu que l’inflation allait continuer à alourdir le budget des ménages français, avec une augmentation des prix de 2 à 3% dans les supermarchés prévue pour 2024. Cependant, il espère que cette tendance inflationniste sera « moins violente » l’année prochaine, selon son entretien avec [Ouest France](https://www.ouest-france.fr/premium/entretien-michel-edouard-leclerc-nous-sommes-dans-un-cycle-dinflation-decennale-2aa669ac-dc3d-11ee-a79f-2312009be08f). Mais il ajoute plusieurs nuances à ces perspectives.

L’impact variable de l’inflation sur les différentes denrées
————————————————————-

Le dirigeant signale que certains secteurs, notamment les matières premières, connaissent déjà une baisse de prix. C’est le cas par exemple du café, des céréales et de la farine. Cependant, il reconnaît que d’autres font face à des défis plus importants. Plusieurs entreprises réclament en effet des augmentations de tarifs de 6 à 8% en raison de la hausse des coûts de production et d’emballage.

L’inflation structurelle, un nouveau défi à surmonter
————————————————————–

Ce qui est plus préoccupant, selon Leclerc, est l’avenir à moyen terme. A mesure que nous nous efforçons de réaliser la transition écologique, « produire de manière plus vertueuse coûtera plus cher », dit-il. Le remboursement des investissements plus lourds et décarbonés augmentera également les coûts de production, et donc les prix. C’est dans ce contexte qu’il prévoit l’installation d’une « inflation structurelle ».

Enfin, Leclerc s’est longuement exprimé sur les accusations d’inflation induites par les pratiques anticoncurrentielles de l’enseigne, notamment concernant sa centrale d’achat située en Belgique. La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) avait ainsi sanctionné le groupe de 117 millions d’euros pour de tels comportements. Leclerc a refusé de payer cette amende et cherché à la faire annuler, mais la justice a confirmé sa décision, comme le rappelle [Economie Matin](https://www.economiematin.fr/michel-edouard-leclerc-sanctions).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *