1 mars 2024

Internet : l’ADSL c’est (bientôt) terminé dans ces communes !

Depuis l’année 2022, Orange ne cesse de multiplier ses efforts pour démanteler son réseau cuivre. Avec pour ambition de migrer intégralement vers la fibre optique d’ici 2030, l’opérateur a récemment actualisé le plan de fermeture pour son réseau cuivre. Une phase qui concerne 2 145 communes incluant des zones d’intérêts majeur pour ce lot trois, concernant près de 2,44 millions de personnes, à la fois des particuliers et des professionnels.

Les communes concernées par le lot trois d’Orange

Dans cette troisième phase de transition, Orange a intégré plusieurs grandes villes dont Rennes, Brest, Dax, et Châtillon pour ne citer que celles-là. Sur le plan départemental, la Mayenne est en tête de liste avec 105 communes, suivie de près par la Charente-Maritime et le Lot. En région parisienne, l’Yvelines et le Val-d’Oise sont aussi concernés par cette mutation avec respectivement 43 communes. Toutefois, certains départements ont sollicité à ne pas être pris en compte dans cette phase, à l’instar de l’Allier, la Dordogne, le Lot-et-Garonne, l’Aveyron entre autres.

Il convient de souligner que cette transition vers la fibre optique ne concerne pas uniquement un changement de technologie, c’est aussi un défi majeur de couverture et d’accessibilité. Bien qu’offrant une vitesse et une fiabilité largement supérieures à celles de l’ADSL, le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire est une tâche encore inachevée. Néanmoins, l’Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel (Avicca) révèle que 74 % des communes du troisième lot bénéficient d’une couverture FttH dépassant les 98 %.

Le défis majeur d’un déploiement complet et efficace de la fibre optique

Le véritable casse-tête pour Orange réside dans l’effort à fournir pour atteindre une couverture complète, notamment dans certaines communes où le taux est inférieur à 90%, voire même à 50% dans certaines zones très denses. Devant cette situation, l’Avicca tire la sonnette d’alarme en exigeant de la part d’Orange et des autres opérateurs plus d’investissement dans la complétude et la qualité de ces réseaux. Sinon, certaines collectivités auront le choix de prendre les choses en main, ce qui pourrait aggraver la situation si ces acteurs ne revoient pas leur stratégie.

Ainsi, le défi reste colossal pour Orange, qui doit à tout prix satisfaire ses nombreux utilisateurs tout en respectant le calendrier initial. C’est un enjeu de taille pour cet opérateur historique qui doit impérativement réussir cette transition pour garder sa place de leader sur le marché télécom en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *