1 mars 2024

La Monnaie de Paris frappe 27 millions de pièces… fausses ?

Imaginez un incident où une tentative bien intentionnée de créer de nouvelles pièces tourne mal, coûtant des millions à une économie déjà tendue. Voici l’histoire d’un tel incident qui a eu lieu en France, où le cœur a pris le pas sur la tête.

Échec du nouveau design des pièces françaises

A l’approche de la visite de Bruno Le Maire le 7 décembre 2023, La Monnaie de Paris était en pleine effervescence, avec de nouvelles pièces mises en circulation. Cependant, la Commission Européenne a émis un désaccord majeur : le nouveau design des pièces n’a pas été validé ! En effet, les étoiles, censées représenter l’Union Européenne, étaient jugées trop discrètes. Un détail qui peut paraître mineur mais qui a eu des conséquences désastreuses, transformant en effet ces nouvelles pièces en fausses monnaies. Le coût de cette erreur ? Pas moins de 27 millions de fausses pièces à détruire, représentant une perte estimée entre 700,000 et 1,2 million d’euros.

Selon une source Les Lettres, Marc Schwartz a tenu l’État français pour responsable de ce désastre financier. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, cherchant à faire la lumière sur cette affaire coûteuse, a lancé une enquête.

Le Graal pour les numismates : les fausses pièces de la Monnaie de Paris

Si ces fausses pièces ont été détruites, il est possible que quelques-unes aient survécu. Et si c’est bien le cas, leur valeur pourrait être astronomique. Une pièce non autorisée, mais frappée par une institution officielle, n’aurait jamais dû exister. Cette anomalie en fait une curiosité irrésistible pour les numismates, prêts sans doute à débourser des milliers d’euros pour cette rareté.

Malgré les conséquences économiques désastreuses de l’incident, il semble qu’il ait créé une sorte de légende urbaine. La quête de ces pièces perdues pourrait bien devenir le nouveau Graal pour les numismates du monde entier. Reste à voir combien seront prêts à payer pour l’opportunité d’ajouter une telle pièce à leur collection.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *