1 mars 2024

Électricité : l’UFC demande que l’augmentation des tarifs soit annulée



Explosion des tarifs de l’électricité en France : une flambée inédite avec de lourdes conséquences sur le pouvoir d’achat

En l’espace de deux années seulement, une envolée des tarifs réglementés de la consommation d’électricité a été observée. Cette flambée ne montre aucun signe de ralentissement avec une nouvelle hausse spectaculaire de 10% prévue pour février 2024, faisant grimper le coût annuel moyen à 2 235 euros pour un foyer chauffé à l’éléctricité.

Flambée des prix de l’éléctricité : une situation préoccupante pour le pouvoir d’achat des français

Comparativement à l’année précédente, en janvier 2023, un ménage moyen réglait une facture annuelle d’électricité de 1 604 euros. Cela signifie une surprenante augmentation d’environ 600 euros sur une seule année ! Cette explosion des prix dépasse largement les prévisions de la Banque de France, menaçant considérablement le budget des français, déjà très affecté.

Il est important de spécifier que cette flambée n’est pas liée à une augmentation des coûts de production. Néanmoins, elle demeure en rapport avec une taxe sur la consommation d’électricité. Ainsi, cette hausse fiscale, présentée comme superflue et inconvenante pour l’UFC-Que Choisir, touche l’ensemble des foyers, indépendamment de leur type de contrat. Certains ménages ont vu leurs factures s’envoler à hauteur de 1 000 euros par an !

La politique du gouvernement critiquée pour son incohérence dans la gestion de l’énergie

D’un côté, cette hausse des tarifs est d’autant plus surprenante que l’état réalise d’importantes économies grâce à la récente évaluation des tarifs par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). En effet, en 2024, l’état prévoit d’économiser environ 13,1 milliards d’euros, réduisant ainsi l’obligation de compenser financièrement les fournisseurs d’électricité comme par le passé.

Cependant, cette inflation engendre presque un retour à une lourde fiscalité sur l’électricité, une nécessité quotidienne pour tous. Cette situation est d’autant plus ambiguë que le gouvernement incite à l’utilisation de l’électricité dans notre vie courante. Face à cette problématique, l’association UFC-Que Choisir sollicite le Premier ministre, Gabriel Attal, en plaidant pour une limitation de l’augmentation des tarifs à 2,5%. Elle met également un point d’honneur à rappeler aux consommateurs l’utilité de son comparateur de prix en ligne pour les diverses offres d’énergie.


Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *