19 avril 2024

Logement : la trêve hivernale se termine, alerte expulsions

Expulsions locatives : une problématique alarmante en France en 2024

Une hausse des expulsions alarmante

La Fondation Abbé Pierre, dans son récent communiqué de presse du 26 mars 2024, expose une réalité inquiétante : environ 140 000 personnes sont susceptibles de perdre leur logement en 2024, soit l’équivalent de la population de Clermont-Ferrand. Ce phénomène d’expulsions locatives, en constante augmentation de 52% sur la décennie écoulée, aggrave une situation déjà précaire d’accès au logement.

L’application de la loi Kasbarian est mise en cause par l’association de solidarité, qui y voit une régression en termes de prévention des expulsions. Cette loi aurait, selon la Fondation Abbé Pierre, fragilisé les acquis des 30 dernières années et contribué à assimiler locataires en difficulté de paiement et squatteurs.

Justice et politiques de relogement en question

Face à ce bilan, la Fondation Abbé Pierre pointe du doigt les préfets et bailleurs dont les pratiques semblent s’opposer aux instructions nationales. Souvent, les expulsions se font sans relogement ni hébergement, allant à l’encontre des recommandations adressées aux préfets, voire outrepassant la loi. La situation du logement en France se complexifie, avec un nombre croissant de ménages sans domicile fixe, en demande de logement social ou reconnus prioritaires DALO sans être relogés.

Malgré les promesses d’Emmanuel Macron lors de ses voeux de 2018 de trouver un toit pour tous, de nombreuses situations restent inacceptables. Face à cette réalité, la Fondation Abbé Pierre recommande une politique plus ferme de prévention des expulsions et d’accès au logement. Hélas, elle constate une préférence de certains propriétaires pour l’expulsion plutôt que pour les aides proposées.

La nécessité d’une volonté politique pour lutter contre le mal-logement

En 2024, la Fondation Abbé Pierre insiste sur la nécessité d’une intervention politique plus déterminée en matière de logement. Face à un nombre croissant de sans-abris et de demandeurs de logement, l’urgence de solutions justes et durables est manifeste. Néanmoins, la fondation observe une résistance de la part de nombreux propriétaires à accepter les aides proposées, préférant procéder à des expulsions.

Parallèlement, la pauvreté progresse en France, avec plus de neuf millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, augmentant ainsi les risques d’impayés. Cette tendance a d’ailleurs entraîné un doublement de l’utilisation de la garantie Visale d’Action Logement entre mai 2022 et mai 2023, selon l’Observatoire des impayés de juillet 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *