1 mars 2024

SNCF : grève ou pas grève des cheminots à Noël ?

La perspective d'une grève à la SNCF pendant les fêtes de fin d'année… ne semble plus à l’ordre du jour des syndicats. L’idée avait été lancée par Sud-Rail, troisième syndicat à la SNCF, qui estimait la stratégie efficace pour obtenir ce qu’il demandait. La SNCF aurait en effet été prise en tenailles : soit accepter, soit courir le risque que les Français voient leurs vacances de Noël marquées par des perturbations majeures sur le réseau ferroviaire.

Mais Noël semble sacré. Après une réunion des quatre organisations syndicales qui s’est tenue mardi 28 novembre 2023, la CGT-Cheminots a rejoint l'UNSA et la CFDT dans leur opposition à une grève durant les vacances de Noël. Sud-Rail, représentant 18% du personnel, reste le seul syndicat ouvert à l’idée de faire grève durant la période des fêtes. Car malgré son échec pour mobiliser les autres syndicats, l’idée n’est pas forcément abandonnée.

SNCF : pourquoi la menace d’une grève à Noël ?

Le cœur du conflit réside dans les négociations salariales. La SNCF a proposé une augmentation générale des salaires de 1,8% pour 2024, ainsi qu'une revalorisation des indemnités diverses comme celles de nuit, revues à la hausse de 4 %, ou encore une prime de partage de la valeur (PPV) de 400 euros pour l’ensemble des salariés du groupe, soit 140.000 cheminots.

Cependant, cette proposition n'a pas satisfait tous les syndicats. Si l’UNSA et la CFDT ont signé l’accord, la CGT-Cheminots et, en particulier Sud-Rail, ont refusé. Et c’est ce dernier qui envisageait une grève pour exiger de meilleures conditions.

Alors, grève ou pas grève à la SNCF pour Noël ?

Malgré le rejet du débrayage de la part de la CGT-Cheminots, et à fortiori des deux autres syndicats de la SNCF qui ont accepté l’accord avec la direction, le risque de grève n’est pas écarté totalement. Ce qui est écarté est une mobilisation massive de l’ensemble des cheminots ou, tout du moins, d’une large partie d’entre eux. Il reste néanmoins la question des cheminots adhérents de SUD-Rail.

Il n’est pas impossible que pour garder la pression sur la direction de la SNCF et le gouvernement, le syndicat décide de se mobiliser seul. Les cheminots eux-mêmes pourraient également se mobiliser, de manière indépendante de leur syndicat.
Le risque d’une grève à la SNCF qui perturberait le réseau de manière très importante n’est donc plus à l’ordre du jour. Mais les voyageurs doivent rester sur leurs gardes : des perturbations locales pourraient être au rendez-vous un peu partout en France durant la période de Noël.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *