1 mars 2024

Tabac : plages, jardins… il sera interdit de fumer partout

Selon les informations du journal Les Echos, qui dévoile le plan du gouvernement en exclusivité en amont de sa présentation officielle, le gouvernement français veut tout simplement étendre les zones où il est interdit de fumer. Depuis 2007, fumer est déjà interdit dans tous les lieux fermés et couverts accueillant du public ou constituant des lieux de travail, ainsi que dans les établissements de santé, les transports en commun et les enceintes scolaires.

Le projet du gouvernement vise à inclure des espaces extérieurs où la présence de fumeurs est particulièrement problématique. Les plages, les parcs, les jardins et les abords des écoles sont désormais dans le viseur du gouvernement.

Et ce n’est pas tout : pour lutter contre la pollution et les incendies, une interdiction de fumer dans les bois et forêts durant les périodes à risques, notamment l’été, et jusqu’à 200 mètres aux alentours pourra être décidée.

Contre le tabac, le prix des cigarettes augmente en 2024

Dans son plan tabac, toutefois, il n’y a pas d’augmentation prévue pour les prix des cigarettes. Ce qui n’empêchera pas ceux-ci d’augmenter, et ce dès 2024. Un coup dur pour les fumeurs, alors qu’en 2023, le prix moyen du paquet a atteint 11,14 euros. En 2024, la hausse du prix du paquet de cigarettes pourrait atteindre 40 à 50 centimes d’euros dès janvier. La faute à l’augmentation des taxes, qui représentent déjà 80% du prix payé. Cette augmentation va se poursuivre les années suivantes. D'ici 2027, le prix du paquet de cigarettes devrait avoisiner les 13 euros.

Ces mesures visent à relancer la tendance bénéfique de la baisse du nombre de fumeurs. Une baisse qui n’est plus d’actualité : le tabagisme ne recule plus en France.

Reste à savoir comment les fumeurs vont réagir après les nouvelles interdictions… qui s’accompagneront sans aucun doute d’une explosion du nombre d’amendes distribuées par les autorités, en particulier dans les zones touristiques et les plages.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *