14 avril 2024

Transports : la SNCF félicite une bonne action par une amende !

Le geste de courtoisie qui a coûté cher: une analyse de l’incident SNCF impliquant un jeune voyageur

Situation inattendue dans le TGV: Quand l’amabilité se retourne contre vous

Un incident surprenant s’est produit récemment lors d’un voyage en TGV. Un jeune lyonnais nommé Hugues, ayant souscrit un abonnement mensuel Max Jeune de la SNCF, destiné aux voyageurs entre 16 et 27 ans pour réaliser des trajets illimités pour seulement 79 euros par mois, se trouve confronté à une situation aberrante. Malgré un geste de courtoisie envers un autre passager, Hugues se retrouve avec une amende de 270 euros sur les bras. L’infraction commise? Avoir prêté sa place en seconde classe à un homme qui souhaitait être près de son fils, pour en retour s’installer dans le siège vacant du monsieur en première classe.

Cette action, à l’origine d’une simple bonne intention, devient une cause de chagrin et de confusion lorsqu’elle est interprétée par les contrôleurs comme un manquement aux règles de la SNCF. Ces derniers ont considéré que le jeune homme occupait un siège pour lequel il n’avait pas payé le billet correspondant, et donc qu’il voyageait avec un titre de transport invalide. Malgré les explications d’Hugues et du monsieur avec qui il avait échangé la place, et malgré la preuve que toutes les places étaient payées, les contrôleurs n’ont pas été persuadés.

Une amende salée et l’intervention des réseaux sociaux

Devant cette situation ubuesque, une amende de 270 euros a été imposée au jeune homme. Composée de 140 euros pour « insuffisance de perception », 80 euros d’indemnité forfaitaire et 50 euros de frais de dossier si le montant n’est pas réglé sur-le-champ.
Face à cette sanction déconcertante, Hugues décide de contester l’amende auprès du service client de la SNCF et du médiateur des transports. L’écho de cet incident a résonné bien au-delà du train, attirant l’attention des utilisateurs des réseaux sociaux et de Benjamin Huteau, le directeur de l’axe TGV Sud-Est. Ému par la situation, ce dernier a pris l’initiative de contacter directement Hugues pour lui présenter ses excuses et lui assurer l’annulation de son amende.

Cependant, cet incident soulève un débat plus large sur la rigidité du système de contrôle de la SNCF et le manque de flexibilité dans l’application de ses règles. Alors que l’austère institution ferroviaire vante une politique de contrôle visant à lutter contre la fraude, cette histoire rappelle l’importance d’adapter les réponses aux situations individuelles afin d’éviter des sanctions disproportionnées et incongrues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *