1 mars 2024

Voiture électrique : baisse du bonus, fin du leasing social

Les nouveaux contours du bonus écologique

En 2024, les directives gouvernementales sont venues bousculer les paramètres du bonus écologique lors de l’achat d’un véhicule électrique. D’après des informations contenues dans un décret publié le 13 février 2024, la prime attribuée vient de subir une réduction substantielle. Ce nouvel aménagement vise précisément les ménages dotés de revenus conséquents. En effet, le montant du bonus pour ces ménages passe de 5.000 euros à 4.000 euros. Evidemment, l’attribution de ce bonus est conditionnée à la conformité du véhicule face aux critères définis. Une précision importante est que tous les modèles de voiture sur le marché ne remplissent pas ces conditions.

Par ailleurs, il faut noter que presque la moitié des ménages [n’auront plus droit](https://www.economiematin.fr/voiture-electrique-baisse-bonus-ecologique) à l’ancienne enveloppe de 5.000 euros. Cependant, les foyers aux revenus modestes pourront encore prétendre au bonus qui leur est accordé. Leur prime ne change pas, et reste à la hauteur de 7.000 euros.

La suspension du leasing social pour les voitures électriques

L’année 2024 a également sonné le glas pour le leasing social, une formule d’acquisition d’un véhicule électrique à environ 100 euros par mois. Effectivement, le gouvernement a choisi de ne plus recevoir de nouveaux dossiers durant l’année en cours. L’information selon laquelle l’exécutif n’acceptait plus de candidatures au leasing social a été dévoilée durant l’année.

Ce choix est en grande partie justifié par le [succès retentissant qu’a connu le dispositif](https://www.economiematin.fr/voiture-electrique-leasing-social-fin-quota). Mis en place début janvier 2024, le leasing social avait pour dessein initial de subventionner l’achat de 20.000 à 25.000 voitures. Or, le nombre de demandes a explosé pour atteindre 50.000 en seulement quelques semaines. Devant une affluence pareille, le gouvernement a estimé que le financement du dispositif, qui atteignait la coquette somme de 13.000 euros par véhicule (7.000 euros de bonus écologique ajoutés à 6.000 euros de prime), devenait trop onéreux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *