14 juin 2024

Carburant : le diesel à l’huile végétale HVO 100 arrive

Focus sur le diesel HVO 100 : un carburant d’avenir ?

Du synthétique paraffinique à partir d’huiles végétales, de graisses animales et de déchets organiques, voilà la nouveauté dans l’univers des carburants. Le diesel HVO 100 (Hydrotreated Vegetable Oil) promet une réduction des émissions de CO2 de 90% par rapport au diesel habituel. Explications et perspectives d’avenir.

Le diesel HVO 100, vers une solution durable pour le transport ?

Le procédé d’hydrogénation utilisé dans sa production transforme des matières premières renouvelables en carburant synthétique, offrant aux véhicules la possibilité de circuler même dans les Zones à Faibles Émissions (ZFE) qui gèrent la limitation des circulations des véhicules polluants. Des entreprises comme les Autocars Imbert, SABA ou le groupe GPA, ont déjà intégré ce carburant parmi les options de leurs flottes. Un choix qui permet d’allier respect de l’environnement et économies potentielles en évitant le renouvellement du parc automobile pour se conformer aux objectifs fixés par l’Union Européenne.

Malgré un bilan carbone quasi-neutre, le diesel HVO 100 n’est pas exempt de défauts. Son prix de vente, plus élevé de 5 à 10% que le diesel traditionnel, sa combustion plus gourmande en carburant (+6% par rapport au E85) et des matières premières limitées pour sa fabrication pourraient ralentir ta popularité et son adoption à grande échelle.

Le Diesel HVO 100 : un carburant prometteur malgré certains écueils

Le diesel HVO 100 offre une réelle alternative pour les entreprises soucieuses de leur empreinte carbone tout en évitant l’obligation de renouveler leur flotte de véhicules pour se conformer aux normes européennes. Son utilisation contribuerait donc à limiter les émissions de CO2 sur un plan global, une avancée majeure dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Malgré cela, ce carburant innovant doit encore surmonter quelques obstacles pour une adoption plus large. Outre le coût et l’augmentation de la consommation, l’approvisionnement en matières premières s’avère encore limité. Un défi qui devra être relevé pour permettre au diesel HVO 100 de connaître le succès escompté et de participer pleinement à l’effort environnemental et énergétique global.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *