18 juin 2024

Cartel du béton : amende record de près de 80 millions d’euros

L’Autorité de la concurrence dénonce les cartels du béton

Le secteur de la préfabrication en béton a été mis en lumière par l’Autorité de la concurrence française qui a récemment exposé des ententes entre plusieurs des grands acteurs de l’industrie. Ces agissements illégaux ont impacté la répartition des volumes de chantiers et les tarifs industriels, entravant ainsi la libre concurrence.

Un cartel secret du béton dévoilé par des enquêtes approfondies

L’existence de cartels dans l’industrie du béton préfabriqué a été révélée suite à une enquête méticuleuse initiée par le signalement de la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes). Les pratiques anticoncurrentielles sont d’une gravité suffisante pour justifier une intervention rapide des autorités, avec des opérations de perquisition et même l’interception de communications téléphoniques.

La révélation de l’existence de ces cartels est en grande partie due à l’implication de deux entreprises du secteur : KP1 et Rector. Ces deux entités ont déposé des demandes de clémence auprès de l’autorité, fournissant des informations complémentaires qui ont permis de détecter d’autres pratiques anticoncurrentielles dans le secteur.

Des sanctions record pour les protagonistes du cartel

Face à l’ampleur de ces pratiques, l’Autorité de la concurrence a infligé des sanctions d’un montant record dans le secteur. Parmi les plus lourdes amendes, celle de Rector s’élève à 25,45 millions d’euros, tandis que KP1 a été condamnée à payer 19 millions d’euros. Ces montants témoignent de la gravité des pratiques dénoncées par l’Autorité.

Néanmoins, la clémence dont ont bénéficié certaines entreprises a permis une certaine réduction des sanctions financières. Ainsi, KP1 et Rector, malgré leurs rôles dans ces pratiques anticoncurrentielles, ont su apporter une contribution significative à l’enquête, permettant l’exposition d’autres comportements illégaux dans le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *