14 juin 2024

Épargne : petite collecte pour le Livret A, décollecte pour le LEP



Comportement des épargnants en 2024 : une tendance au ralentissement ?

D’après les chiffres observés pour le mois d’Avril 2024, le comportement des épargnants connaît une certaine modification, notamment dans leurs dépôts et retraits pour les principaux types de livrets d’épargne.

Collecte modérée pour le Livret A et le LDDS en Avril 2024

Les données publiées le 22 mai 2024 par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) indiquent une collecte quelque peu modérée du Livret A et du LDDS en comparaison au mois de Mars de la même année. Il est à noter que la collecte a tout de même été positive avec une augmentation de 2,24 milliards d’euros.

En détail, le Livret A a connu une collecte nette de 1,48 milliards d’euros tandis que le LDDS recueillait 760 millions d’euros. Malgré la cadence légèrement ralentie de l’épargne en avril, le total des encours des Livrets A et LDDS atteint un record de 576,2 milliards d’euros.

LEP : une décollecte préoccupante 

Une situation distincte est notée pour le Livret d’Épargne Populaire (LEP). Pour la première fois depuis mai 2022, les retraits ont dépassé les dépôts, donnant comme résultat une collecte nette déficitaire de -0,27 milliard d’euros.

L’explication à ce retournement serait due à divers éléments ; en premier lieu, l’arrivée à maturité des épargnants et en second lieu, les fermetures de comptes effectuées par les banques pour les débiteurs ne répondant plus aux conditions de ressources. Il est toutefois important de préciser qu’en dépit de ce recul, le nombre en circulation de LEP est toujours conséquent avec 11,5 millions de livrets et un encours total de 75,9 milliards d’euros.

En bref, l’année 2024 semble débuter sur une note moins agréable pour l’épargne règlementaire. La faible inflation liée à la diminution de l’inflation pousse les ménages à réduire leur propension à épargner. Ces derniers se tournent de plus en plus vers d’autres produits d’épargne qui présentent des taux d’intérêt plus attractifs malgré leur fiscalisation, comme l’assurance vie et les comptes à terme.

Plus de détails et chiffres


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *