18 juin 2024

Gaz à effet de serre : la France meilleur élève que prévu en 2023

Le défi de la France dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Des résultats prometteurs et une volonté affichée

La France serait-elle sur le point de devenir un modèle pour les autres pays européens en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre ? C’est ce que laissent entendre les récentes déclarations de Gabriel Attal. Selon le Premier ministre, les émissions françaises ont diminué de 5,3 % en 2023, une performance qui surpasse de 0,5 % les prévisions du Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (Citepa). Cette baisse notable comparer à celle de 2,7 % observée en 2022, témoigne des efforts consentis par le gouvernement. Gabriel Attal a rappelé que ce résultat est le fruit de différentes mesures : fermeture des centrales à charbon, décarbonisation de l’industrie, développement des véhicules électriques et des programmes de rénovations énergétiques.

Dans la perspective des prochaines élections européennes du 9 juin 2024, le Premier ministre a tenu à souligner l’efficacité écologique et environnementale des actions du gouvernement, affirmant que la France n’a de leçon à recevoir de personne dans ce domaine.

Des objectifs ambitieux malgré les critiques

Malgré ces progrès, la route est encore longue pour la France pour atteindre ses objectifs en matière climat. Le pays s’est fixé comme but de diminuer de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, conformément à ses engagements au niveau européen, et d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Pour y arriver, la France devra maintenir un rythme de réduction soutenu, semblable à celui de 2023, chaque année jusqu’à la fin de la décennie. Le développement des énergies renouvelables, mais aussi le recours au nucléaire, sont mis en avant, suscitant cependant des réserves chez certaines associations environnementales.

En dépit de ces avancées, plusieurs ONG attendent davantage d’efforts de la part de l’État français. Ces organisations, loin de partager l’optimisme du gouvernement, réclament des actions plus marquées. Elles n’hésitent pas à aller devant les tribunaux, comme en témoigne « l’Affaire du siècle », une action en justice menée par diverses associations contre l’État comme le rapportent nos confrères de Europe 1.

* [Facebook](#)
* [Twitter](#)
* [LinkedIn](#)
* [WhatsApp](#)
* [Telegram](#)
* [](#)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *