1 mars 2024

Internet : 6 ados sur 10 confrontés à un risque en France en 2023

Adolescents français et sécurité sur internet : entre perception et réalité

Le dernier rapport Global Online Safety Survey de Microsoft vient nuancer l’image des adolescents comme imprudents sur le Web, avec une majorité consciente des risques et des stratégies proactives pour éviter les dangers numériques. Explorons ensemble ces tendances.

La vigilance des adolescents face aux risques en ligne

Les données du rapport Microsoft dessinent une image surprenante des adolescents français et de leur rapport à la sécurité en ligne. Malgré une perception courante de leur frivolité numérique, la réalité est différente. En effet, 59% d’entre eux ont été exposés à un risque en ligne dans l’année précédente, faisant preuve d’une grande prudence en ne partageant pas d’informations sensibles (71%), en vérifiant l’authenticité des profils rencontrés sur les réseaux sociaux, ou encore en utilisant des comptes privés et en bloquant des interlocuteurs indésirables.

Par ailleurs, le rapport note que les adolescents français sont moins exposés aux risques en ligne que leurs homologues à l’échelle internationale, à hauteur de 57% contre 70% en moyenne. Les jeunes françaises sont particulièrement prudentes et prennent des précautions supplémentaires, surtout en regard du risque plus important qu’elles encourent en termes de dangers sexuels et de désinformation, comme le rapport Microsoft le souligne.

Le rôle crucial des parents dans la sécurité numérique des adolescents

Toutefois, la sécurité numérique des adolescents n’est pas seulement l’affaire des jeunes. Les parents ont aussi un rôle crucial à jouer. En effet, 93% des adolescents signalent les risques rencontrés à leurs parents, contribuant ainsi à la sensibilisation collective à ces questions. Malgré une certaine sous-évaluation du danger, selon le rapport, de nombreux parents prennent des initiatives pour limiter l’exposition de leurs enfants.

Par exemple, 31% des parents d’enfants de 6 à 12 ans limitent le temps d’écran de leurs progénitures, contre 18% au niveau mondial. De même, 17% vérifient et ajustent les paramètres de confidentialité pour mieux protéger leurs enfants, une proportion plus élevée que la moyenne mondiale de 12%. Les parents français ont toutefois encore des progrès à faire en termes de communication, avec seulement 44% d’entre eux parlant ouvertement du comportement en ligne avec leurs enfants, contre une moyenne de 50% à l’échelle internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *