14 juin 2024

Jus d’orange : pourquoi les prix explosent ?

Les turbulences du marché du jus d’orange : Une ascension inquiétante des coûts

Dans les allées des supermarchés, le prix du jus d’orange bat des records. Cette tendance s’explique par une série de facteurs incluant des conditions climatiques défavorables et des crises sanitaires qui ont gravement touché les principales régions productrices. Décryptage de cette envolée des prix.

Une crise agricole en toile de fond

Le jus d’orange, autrefois gage de fraîcheur et de vitalité, se raréfie sur nos tables. En effet, son prix de gros a connu une envolée spectaculaire en quatre ans, passant de 1800 à 6500 dollars la tonne. Les récurrentes calamités climatiques, telles que la sécheresse et les ouragans, ainsi qu’une maladie dénommée Huanglongbing ont sérieusement ébranlé les récoltes, notamment au Brésil qui est l’un des principaux exportateurs mondiaux de ce jus. Le constat est tellement préoccupant que Glenn Beck, producteur en Floride et grand acteur du marché, le qualifie d’inédit sur la chaîne française, France 2.

Ce tableau sombre est également dressé en Floride, deuxième plus grand bassin de production du monde. Des maux similaires à ceux du Brésil ont frappé les plantations floridiennes, mais réhaussés par des phénomènes naturels extrêmes tels que l’ouragan Ian et une vague de froid inattendue. Ces événements ont sévèrement diminué le volume de production disponible, contribuant ainsi à la flambée des prix.

Le consommateur au cœur de la tourmente

Devant une telle situation, l’impact sur les consommateurs français est palpable. Les dernières données indiquent une hausse de 11% et 24% pour le jus d’orange pur jus et concentré respectivement. Ces chiffres font craindre une escalade de 40 à 50 centimes par litre de jus dans les mois à venir, selon Emmanuel Vasseneix, président de l’Union nationale interprofessionnelle des jus de fruits (Unijus) lors de son passage sur France 2.

Faire face à cette crise nécessite des solutions innovantes pour stabiliser le marché. Parmi les idées proposées, figure le remplacement des cultures d’oranges par des mandariniers, jugés plus robustes face aux maladies et mieux adaptés aux variations climatiques. Toutefois, cette solution nécessite des modifications réglementaires, illustrant la complexité de résoudre cette crise de manière durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *