2 mars 2024

Location : 100.000 logements sauvés de l’interdiction ?

Une refonte du DPE offre un sursis aux petites « passoires thermiques »

Le calcul du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) a été récemment ajusté par le gouvernement dans le but de satisfaire certaines récriminations liées à l’ancienne méthode. Cette modification bénéficie surtout aux logements d’une surface inférieure à 40 mètres carrés. En effet, la prise en compte d’un coefficient de modulation donne la possibilité à environ 11% d’habitations jusque-là classées G de se retrouver dans la catégorie F. Cette mesure donne un répit aux propriétaires et locataires de ces logements, qui voient l’interdiction de louer ces « passoires thermiques » reculer de 2025 à 2028.

Une révision du DPE bénéfique pour les propriétaires des petites surfaces

Christophe Béchu a expliqué au Parisien que le poids de l’eau chaude sanitaire sur le classement d’un petit logement peut biaiser sa performance énergétique. En effet, sur un petit logement, ce poids est proportionnellement plus important, sans pour autant être lié au nombre d’occupants. C’est pourquoi plus de 27% des logements de moins de 40m2 étaient considérés comme des passoires thermiques, une appréciation souvent non justifiée.

De plus, avec cette nouvelle réforme du DPE, les propriétaires peuvent améliorer le classement énergétique de leur bien sans effectuer de travaux de rénovation coûteux dans l’immédiat. Pour ceux qui ont des biens dans une copropriété, un autre avantage se présente : ils peuvent substituer leur DPE individuel à celui de la copropriété, ce qui offre une nouvelle chance de reclassification énergétique.

Un parc immobilier plus diversifié grâce à la révision du DPE

La refonte du DPE aura des implications sur le statut de nombreux logements, notamment les petites surfaces souvent montrées du doigt comme étant des passoires énergétiques. Grâce au nouveau mode de calcul, le gouvernement espère diminuer la part de logements considérés comme gourmands en énergie, tout en allégeant la procédure pour les propriétaires.

Les changements apportés au DPE provoquent également une modification du calendrier d’interdiction de location des logements. Initialement prévue pour 2025 pour les logements classés G, l’interdiction est désormais repoussée à 2028 si ces derniers se retrouvent en classe F suite à la révision du DPE. Cependant, Christophe Béchu a tenu à rappeler que les objectifs et le planning initial demeurent, mais que certaines règles seront précisées d’ici le 1er janvier prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *