14 juin 2024

Stellantis dans la tourmente : les Topolino saisies

Les autorités italiennes mettent en cause l’origine des Fiat Topolino produites au Maroc

Saisie de Fiat Topolino : en cause, la valorisation de leurs origines

La mise en cause de l’authenticité de certains véhicules Fiat Topolino par la Garde des Finances et l’Agence des Douanes et Monopoles en Italie s’appuie sur le fondement des lois qui régissent l’origine des produits. L’on reproche à ces voitures, produites au Maroc, de présenter des autocollants du drapeau italien qui pourraient donner une fausse impression quant à leur origine réelle. Ce procédé est évalué comme une transgression de la réglementation financière italienne de 2004 interdisant l’exportation et l’importation de produits fournissant des indications trompeuses concernant leur provenance. Le droit pénal italien punit sévèrement de tels agissements par des mesures de rétorsion.

Il n’est pas à refuter que la Fiat Topolino, quadricycle électrique, est bel et bien fabriquée à Kénitra au Maroc dans l’usine Stellantis. Les autocollants du drapeau italien avaient pour objectif rappeler les origines de la marque Fiat. Toutefois, les autorités italiennes estiment que cela peut semer la confusion auprès des consommateurs en leur faisant croire que les véhicules sont produits en Italie. Suite à cela, la douane a procédé à la saisie de 134 véhicules.

Stellantis se défend face à l’accusation de tromperie

Stellantis, la maison-mère de Fiat, a soutenu qu’ils ont toujours nettement communiqué sur l’origine marocaine des productions. Selon le porte-parole de Stellantis Italia, les autocollants du drapeau italien sur les voitures étaient destinés à symboliser l’origine de la marque et à faire honneur à son héritage et non pour induire en erreur les consommateurs. En effet, même si la production se passe au Maroc, le design du nouveau modèle Topolino, qui est une déclinaison de la Citroën AMI, a été entièrement pensé par une équipe italienne du Centro Stile FIAT.

Dans le but de se plier aux normes exigées par les autorités italiennes, le groupe a choisi de retirer ces autocollants des véhicules saisis, le temps d’obtenir la validation finale des douanes italiennes. Cette décision intervient dans un contexte de tensions entre le gouvernement italien et Stellantis sur les choix de production du groupe.

Stellantis et l’Italie : des relations de plus en plus tendues

La saisie des Fiat Topolino est intervenue dans un contexte où Stellantis et le gouvernement italien se font face en raison des choix de production du groupe. Récemment, un incident semblable a eu lieu quand Stellantis fut contraint de changer le nom initial d’un modèle Alfa Romeo, initialement appelé « Milano » en « Junior » à la suite de protestations contre son lieu de production qui était en Pologne.

Le gouvernement italien attribue une grande importance à l’étiquette « Made In Italie » et insiste que les produits commercialisés comme étant d’origine italienne doivent réellement être fabriqués en Italie. Ceci a engendré des frictions avec Stellantis, le groupe qui privilégie la diversification de ses sites de production pour des raisons économiques et stratégiques, semblant abandonner peu à peu l’Italie depuis la fusion de FCA (Fiat Chrysler Automotives) et de PSA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *