18 juin 2024

Assurance-chômage : 1 allocataire sur 3 serait impacté par la réforme

* [Facebook](#)
* [Twitter](#)
* [LinkedIn](#)
* [WhatsApp](#)
* [Telegram](#)
* [](#)

Selon des informations révélées par le [_Monde_](https://www.lemonde.fr/politique/article/2024/05/18/assurance-chomage-la-reforme-pourrait-affecter-jusqu-a-un-tiers-des-allocataires_6233985_823448.html), le gouvernement a l’intention de remanier l’assurance-chômage. L’un des changements majeurs serait l’allongement de la durée minimale pour prétendre aux prestations, passant de 6 à 12 mois sur les 24 derniers mois. Ce changement affecterait particulièrement les jeunes âgés de moins de 25 ans et ceux qui viennent de terminer un contrat à durée déterminée (CDD) ou de l’intérim.

D’après l’Unédic, qui a mené l’étude, cette modification réglementaire pourrait toucher près de 31% des bénéficiaires, entraînant une [économie](https://www.economiematin.fr/unedic-assurance-chomage-prevision-recettes-dette) annuelle d’environ 2,3 milliards d’euros. La CFDT, parmi d’autres syndicats, s’inquiète des conséquences de cette réforme, qui pourrait installer des « trappes à pauvreté » et priver ceux qui en ont le plus besoin d’une chance d’accéder à un emploi de qualité.

Amendements visant à réduire le temps d’indemnisation

Le gouvernement envisage également de diminuer la durée maximale d’indemnisation de l’assurance-chômage, qui est actuellement de 18 mois pour les personnes de moins de 53 ans. La durée d’indemnisation pourrait être réduite à 12 mois, une mesure qui toucherait 45% des bénéficiaires, ciblant principalement les allocataires plus âgés qui reçoivent après une rupture conventionnelle des allocations plus élevées que la moyenne. Cette mesure permettrait de diminuer les dépenses de l’Unédic de près de 6 milliards d’euros.

L’attente des décisions finales du gouvernement

Tous les regards se tournent maintenant vers le gouvernement, dans l’attente des décisions finales. Les nouvelles règles pourraient être appliquées dès le 1er juillet 2024. Les débats entre les différentes parties prenantes sont intenses, les syndicats exprimant de sérieuses préoccupations quant aux orientations générales de la réforme et à son impact potentiel sur les demandeurs d’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *