1 mars 2024

EasyPark : piratage massif, des données dangereuses volées



La faille de sécurité d’EasyPark : un coup dur pour ses utilisateurs

EasyPark, l’application de réservation de places de parking massivement utilisée par des millions de personnes, a subi une compromission de données. Les informations de contact des clients, dont leurs noms, numéros de téléphone, adresses postales et emails, ont été exposées. Les détails partiels de carte de crédit et les numéros IBAN ont également été partiellement consultés.

Toutefois, l’application se veut rassurante en précisant qu’ »_il est impossible d’effectuer des paiements avec ces données incomplètes_ » et que l’incident n’a pas donné lieu à des transactions de stationnement non autorisées.

Piratage d’EasyPark : Quel est le risque pour les utilisateurs ?

Ce grave incident de sécurité expose les utilisateurs à des risques significatifs de phishing et d’autres types de cyberattaques. Ces informations peuvent être utilisées par les malfaiteurs pour créer des campagnes de hameçonnage crédibles ou pour lancer des attaques par force brute pour deviner les mots de passe des utilisateurs à partir de leurs adresses e-mail.

Il y a cependant une lueur d’espoir : selon EasyPark les données relatives au stationnement, comme les numéros de plaques d’immatriculation et la localisation, n’ont pas été compromise dans cet incident. L’entreprise a également signalé l’incident à l’autorité suédoise de protection des données et a commencé à contacter les clients touchés pour les informer des risques potentiels.

Piratage d’EasyPark : combien de victimes ?

EasyPark, une entreprise originaire de Suède, est actuellement présente dans de nombreux pays d’Europe, dont la France. Bien que le nombre précis de clients touchés n’ait pas été divulgué, il est clair que la majorité d’entre eux sont des utilisateurs de la marque EasyPark en Europe.

En outre, les utilisateurs des applications RingGo et ParkMobile, également gérées par le groupe EasyPark, pourraient également être concernés par cette violation de données.


Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *