1 mars 2024

Hébergement d’urgence : une rallonge de 120 millions ?

Le 8 janvier 2024, lors de sa visite à Paris, le ministre Patrice Vergriete a rappelé combien le besoin en hébergement d’urgence est pressant en France. Afin de résoudre ce problème, il annonce une allocation supplémentaire de 120 millions d’euros pour l’hébergement d’urgence.

Ces ressources financières supplémentaires représentent l’équivalent de 10.000 places additionnelles. Elles ont pour objectif de provoquer une transformation systémique de l’hébergement d’urgence. Comme l’explique le ministre, « _Il ne s’agit pas simplement de générer plus de places mais surtout de prévenir l’entrée dans l’hébergement d’urgence et assurer une sortie plus rapide pour ceux qui y sont déjà_ ».

Réinventer le système d’hébergement d’urgence

Le plan d’action prévoit plus qu’une simple création de places. Il cible une refonte profonde du système d’hébergement, y compris une meilleure collaboration avec les autorités locales ainsi qu’une prévention efficace des expulsions.

Vergriete a également fait remarquer que le nombre de places disponibles est passé de 198.000 début 2023 à 203.000 début 2024, une hausse significative comparée aux 93.000 places disponibles il y a une décennie. A noter que ces chiffres ne prennent pas en compte les places mises en place lors des plans « grand froid », comme celui initié dans le Pas-de-Calais après les inondations ayant rendu les maisons inhabitables.

Le problème persistant du logement en France

En dépit du plan « Logement d’abord » déployé depuis 2017, qui a permis à 440.000 personnes de retrouver un toit, le nombre de personnes sans domicile fixe reste alarmant. De plus, 500 postes supplémentaires ont été créés pour améliorer le suivi social.

Cependant, en dépit de ces avancées, la situation reste critique. D’après la fondation Abbé Pierre, 330.000 personnes demeurent sans domicile fixe en France (chiffre de 2023) – soit une hausse de 100.000 par rapport au nombre de places d’hébergement d’urgence. Plus encore, plus de 4 millions de personnes sont mal logées. Le nombre de sans-abri aurait même grimpé de 30.000 entre 2022 et 2023, une information qui contraste fortement avec les déclarations optimistes du ministre quant aux résultats de la politique gouvernementale.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *