19 avril 2024

Immobilier : prix en baisse et crédits moins chers en 2024 !

Le climat immobilier en France se transforme, donnant un nouveau souffle aux acheteurs. Les conditions de prêt s’améliorent, les taux d’hypothèque sont en baisse, assouplissant les contraintes financières. De plus, on observe une stagnation remarquable des prix immobiliers. Les acheteurs peuvent ainsi profiter d’un marché plus souple après une période de tension immobilière.

Un marché immobilier francilien en recul

Selon les notaires parisiens, en 2023, le marché immobilier d’Île-de-France a connu des baisses significatives des transactions immobilières, avec une réduction de 25% par rapport à l’année précédente. On recense pas moins de 47 000 ventes en moins en cette année. Cette tendance négative semble toucher la totalité du marché, y compris le secteur résidentiel. En 2023, seulement 39 360 transactions de vente de maisons anciennes ont été enregistrées, soit un niveau historiquement faible depuis la dernière décennie. Les prix de l’immobilier ont également été touchés par cette baisse, les experts prédisent que la tendance se prolongera jusqu’à 2024.

Un assouplissement des conditions de crédit immobilier

Il semblerait que 2024 marque une pause dans la tension du crédit immobilier. Comme l’a révélé Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer, après deux ans de taux d’intérêt record, une détente est prévisible, avec des taux d’emprunt généralement inférieurs à 4%. Par ailleurs, les demandes de crédit sont de plus en plus approuvées. Effectivement, le taux de refus, qui a atteint 34% en 2023, a chuté à 18% début 2024. L’apport initial nécessaire pour obtenir un crédit immobilier a lui aussi connu une baisse. En ce début d’année 2024, on enregistre une baisse de l’apport moyen de plus de 10 000 euros, passant de 64 942 à 54 798 euros.

Une évolution favorable pour les acheteurs

Selon les observations de l’Observatoire Guy Hoquet, le marché est en début d’année plus favorable aux acquéreurs avec des signes de stabilisation des prix. En revanche, on note également des différences considérables entre les régions. Ainsi, malgré la stagnation générale des prix, certains endroits, comme Marseille et Nice, affichent des hausses respectives de 1,2% et 9,2%. En revanche, des régions comme l’Île-de-France subissent une baisse de la valeur immobilière. Selon le rapport de l’Observatoire Guy Hoquet de février 2024, les trois quarts des villes de plus de 200 000 habitants ont connu une dévaluation des prix moyens au mètre carré en début d’année 2024 par rapport à la même période en 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *