14 avril 2024

Prime Macron : les jeunes et les femmes défavorisés en 2023

PPV 2023 : Un bilan nuancé pour la Prime de Partage de la Valeur

Petite rétrospective sur la PPV, bénéficiaire d’un accueil hétérogène

Les petites entreprises au coeur de la distribution de la PPV

La Prime de Partage de la Valeur, [née en succédan de la PEPA en juillet 2022](https://www.economiematin.fr/prime-macron-2024-impots-baisse-montants), a laissé une empreinte notable dans l’univers économique en 2023. Ce dispositif, reposant sur la base de l’incitation à la valorisation du travail, a vu 519.000 entreprises verser en totalité 5,27 milliards d’euros à leurs salariés, selon un rapport de l’Urssaf daté du 7 mars 2024.

Curieusement, ce sont les entreprises de petite taille qui se sont démarquées par leur participation active. D’après le communiqué de [l’Urssaf](https://www.urssaf.org/accueil/espace-medias/communiques-et-dossiers-de-press/communiques-de-presse/-plus-de-5-milliards-d-euros-ver.html#contenuPage), 23,9% des montants de prime ont été versés par des entreprises de moins de 10 salariés, contre 19,3% par des entreprises de 2000 salariés ou plus. Malgré ce constat positif, tous les salariés n’ont malheureusement pas reçu le même montant, semant une ombre de l’équité.

Des disparités notables au sein des populations bénéficiaires

Si la PPV a permis d’augmenter le pouvoir d’achat de plus d’un tiers des salariés avec des primes supérieures à 1.000 euros, le revers de la médaille soulève des disparités alarmantes. En effet, près de 39,2% de la population salariée, soit environ 4 sur 10, n’ont touché qu’une prime inférieure à 500 euros. En moyenne, le montant de la prime s’est établi à 885 euros en 2023.

Cette inégalité est d’autant plus marquée lorsque l’on examine de plus près la démographie des salariés. Les moins de 20 ans, avec une prime moyenne de 397 euros, sont les plus lésés, tout comme les femmes, dont le montant de la prime a été en moyenne de 861 euros, contre 906 euros pour les hommes. Il en ressort que les bénéficiaires de la PPV ne plongent pas dans le même bassin de l’équité.

La PPV, instrument de valorisation économique ou outil d’inégalité?

L’âge et le sexe, des critères révélateurs d’injustice

La PPV, bien qu’instaurée pour inciter les employeurs à gratifier leurs employés tout en allégeant leur fardeau fiscal, semble malheureusement avoir creusé un fossé d’inégalité au sein des populations bénéficiaires. Les moins de 20 ans et les femmes se retrouvent en bout de chaîne avec des primes bien en dessous de la moyenne nationale.

La disparité entre les hommes et les femmes est également alarmante. Selon l’Urssaf, seuls 2,65 millions de femmes ont bénéficié de la PPV, contre 3,24 millions d’hommes. Une disparité qui appelle à une réévaluation du dispositif en faveur d’une meilleure équité de genre.

Les travailleurs à bas salaire écartés de la PPV

L’analyse sectorielle révèle une disparité inquiétante. Les secteurs qui versent des salaires plus élevés ont gratifié leurs employés de primes plus importantes, allant de 1 066 à 1 308 euros. Inversement, ceux qui comptent sur une main-d’œuvre à bas salaire ont distribué une prime d’environ 450 euros en moyenne.

Il est donc évident que la PPV n’a pas été un outil d’égalité salariale en 2023. Les salariés les moins rémunérés, notamment ceux des secteurs à bas salaire, ont été laissés pour compte, creusant un peu plus les inégalités existantes. Cette conclusion révèle le besoin urgent de revoir en profondeur la structure et l’attribution de la PPV, afin d’assurer une meilleure équité et valorisation du travail pour tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *