1 mars 2024

Prix des carburants en 2024 : préparez-vous à payer cher

Les prix des carburants en France marquent une légère augmentation en fin d’année 2023

Malgré une baisse observée depuis septembre 2023, les prix des carburants en France ont connu une légère augmentation fin 2023, selon le ministère de la Transition écologique. Le diesel a enregistré une hausse moyenne de 0,7 centime, pour un coût final de 1,7492 euros le litre. Le sans-plomb 95-E10 a également grimpé de 1,6 centime, atteignant 1,7814 euros le litre.

Pas d’aide de l’Etat pour l’instant malgré les prix élevés

Les prix élevés des carburants fin 2023 impactent directement le pouvoir d’achat des Français. Pourtant, l’Etat a suspendu l’indemnité carburant de 100 euros, jugée non nécessaire du fait des prix non excessifs. Pour l’instant, cette aide ne sera débloquée que si les prix à la pompe en moyenne nationale frôlent ou dépassent de nouveau les deux euros le litre, indique le gouvernement.

Malgré une tendance à la baisse des prix durant l’automne 2023, les consommateurs resteront vigilants face aux fluctuations futures, car les prix du brut peuvent rapidement rebondir en cas de reprise économique ou de tensions dans les pays producteurs.

Fin des promotions de carburants à prix coûtant ?

Début 2024, les opérations de carburants à prix coûtant initiées par plusieurs grandes enseignes en 2023 ne semblent pas destinées à se poursuivre. Elles permettaient pourtant aux conducteurs de réduire un peu leurs dépenses en essence ou diesel malgré des économies marginales, comme l’explique le président de Système U, Dominique Schelder, dans une interview.

Ces offres pourraient cependant revenir si les prix du carburant atteignent des seuils plus élevés. « C’est terminé pour l’instant. La mobilisation gouvernementale pour nous inciter à faire encore plus d’opérations, c’était au moment où nous allions friser les 2 euros le litre. Donc le seuil est là. On sera attentifs à ces niveaux-là », a déclaré Dominique Schelder.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *