19 avril 2024

Santé : campagne tarifaire 2024, recherche pilote dans l’avion

La situation cruciale du secteur hospitalier privé face à une inflation dévastatrice

[La Fédération hospitalière privée](#) tire la sonnette d’alarme face à la situation financière critique du secteur en raison de l’inflation. La santé, déjà fragilisée, se trouve ainsi davantage déstabilisée, exacerbant les inquiétudes des acteurs du secteur. L’opacité et le manque de discussions franches et transparentes avec le ministère de la Santé, telle est la source de cette tension. Inquiétant, 50% des établissements privés seront déficitaires cette année.

Une logique comptable de court terme est actuellement appliquée sur des points cruciaux tels que le financement des établissements de santé, les molécules onéreuses, et les maladies de longue durée. Celle-ci néglige les enjeux de santé publique et l’intérêt des patients. L’hospitalisation privée tient à rappeler qu’une telle approche est toujours perdante à long terme, y compris du point de vue des finances publiques.

Investissements nécessaires et ambitions de la Fédération Hospitalière Privée

Dans cette situation tendue, l’hospitalisation privée éclaircit certains points en se basant sur son étude économique de février 2024. Entre 2022 et 2023, le secteur a géré 400 000 prises en charge supplémentaires de patients pour compenser les soins non réalisés pendant le Covid. C’est grâce à cette dynamique que le secteur maintient un service de qualité. Pourtant, le rôle du secteur privé et la valorisation des professionnels qui y travaillent continuent à s’émousser, malgré l’importance du service rendu.

Face à la déclaration du président de la République en date du 17 janvier dernier sur l’investissement nécessaire pour la santé et la mobilisation d’un cap, la Fédération Hospitalière Privée est impatiente de voir ces objectifs se matérialiser. Elle appelle à un sursaut collectif qui passerait par une campagne tarifaire ambitieuse et courageuse, et une juste équité de traitement entre le secteur public et le privé. À ce titre, une augmentation tarifaire de 10% a été demandée afin de pouvoir assumer les missions de 2024 auprès des patients.

Une véritable programmation pluriannuelle en santé nécessaire

La situation d’urgence impose de sortir de la logique de couperet annuel pour se concentrer sur des priorités de soins et de prévention. Une véritable programmation pluriannuelle en santé demeure nécessaire pour une meilleure anticipation et gestion des enjeux majeurs. Pourtant, malgré le consensus autour de cette demande, celle-ci reste lettre morte.

Enfin, des réformes structurelles sont nécessaires pour faire face aux mutations épidémiologiques et à l’augmentation de l’espérance de vie qui impliquent une hausse des dépenses de santé. L’urgence sanitaire doit impérativement être gérée avec sérieux, loin de la précipitation et l’improvisation, pour éviter la chute imminente de notre système de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *