19 avril 2024

SNCF : la ligne TGV Paris-Lyon sera fermée pendant plusieurs jours

Modernisation de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Lyon : préparez-vous pour des travaux d’envergure en 2024

Impact significatif pour les voyageurs

D’importants travaux prévus par la SNCF sur la ligne TGV Paris-Lyon, la plus empruntée de France, risquent de faire tanguer les projets de nombreux voyageurs. La SNCF a en effet annoncé une fermeture majeure de cette ligne entre les 9 et 12 novembre 2024. Si les trains habituels continueront de rouler sur les autres lignes, ils le feront néanmoins à une capacité réduite de 30 %.

L’impact des travaux ne se limitera pas à la ligne TGV Paris-Lyon. Tout le réseau ferroviaire du Sud-Est sera également perturbé. Cela comprend les lignes vers Paris, Montpellier, Grenoble, Toulon, Strasbourg, Metz et Dijon. De plus, toutes les liaisons vers d’autres régions seront fermées, tout comme les liaisons internationales, notamment celles à destination de l’Espagne, de l’Italie et de la Belgique. Les conséquences pour les voyageurs seront significatives : pour illustrer, le temps de trajet Paris-Marseille pourrait être doublé, atteignant ainsi 7 heures 30 minutes.

Un chantier colossal pour une modernisation nécessaire

Ces travaux visent un objectif précis : la mise en place d’un nouveau système de signalisation, l’ERTMS, sur la ligne TGV Paris-Lyon. La création de cinquante-huit postes de déclenchement est prévue, et la centralisation des commandes se fera à Lyon. Ce système est conçu pour augmenter la capacité de la ligne de 25% d’ici à 2030, une évolution qui permettrait d’augmenter la fréquence à 16 trains par heure contre 13 aujourd’hui. Cet ambitieux projet nécessitera un investissement de plus de 820 millions d’euros, 120 millions étant pris en charge par l’Union européenne.

Si ces quatre jours de fermeture peuvent sembler longs pour les usagers réguliers de la ligne TGV Paris-Lyon, ils représentent une course contre la montre pour la SNCF. Elle prévoit de mobiliser plus de 1 000 personnes pour mener à bien ces travaux, faisant en sorte de maintenir un roulement de plus de 101 heures de travaux ininterrompus. L’enjeu est de taille : cette modernisation vise à améliorer la régularité des trains dès 2025 et à faciliter l’accès des entreprises ferroviaires au réseau européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *