1 mars 2024

Streaming vidéo : gare aux hausses des abonnements en 2024

Évolutions du paysage du streaming en France : des frais plus élevés et des offres modifiées

Dès avril 2024, les membres du service Prime Video d’Amazon devront accepter que des publicités soient intégrées à leurs contenus. Il existe toutefois une alternative : pour 2,99 euros de plus, les utilisateurs peuvent décider de préserver une expérience sans publicité. En parallèle, Prime Video pourrait perdre le Pass Warner et son contenu HBO, qui serait transféré à une plateforme grandissante, Max. Disponible à un prix relativement élevé, cette plateforme affiche cependant un catalogue riche et très attrayant.

Étonnamment, il semblerait que Canal+ remporte cette nouvelle plateforme, une addition plus que bienvenue à son offre myCanal, qui comprend déjà des partenariats avec Apple TV +, Disney +, Netflix et d’autres. Toutefois, compte tenu de la récente augmentation du prix de l’abonnement à Apple TV + et de la fusion totale d’OCS avec myCanal, la question se pose : Canal + continuera-t-elle à diversifier autant son offre sans augmenter ses tarifs ?

Netflix en déclin ?

Après une année 2023 de bouleversements, notamment en terme d’augmentation de ses frais d’abonnement, Netflix devra peut-être repenser sa stratégie si ses nouvelles politiques ne sont pas accueillies favorablement par les utilisateurs. La fin du partage de comptes, l’augmentation des tarifs – 10,99 euros par mois pour l’offre « essentiel » et 19,99 euros pour l’offre « premium » – pourraient peser lourd dans la balance.

Disney+, à l’instar de Netflix, est également contrainte de repenser son offre, tout en continuant de gérer la fin du partage de comptes. Une augmentation généralisée des prix streaming est observée. Cela n’est pas sans conséquences pour le consommateur, dont le budget est de plus en plus restreint dans le contexte économique actuel. Face à des prix élevés et à l’apparition de contenus publicitaires, le streaming vidéo n’est plus aussi abordable qu’auparavant. Les utilisateurs devront-ils devenir plus exigeants dans leurs choix, ou bien accepter ces nouvelles conditions pour continuer à jouir de leurs contenus préférés ?

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *