14 avril 2024

Taux positifs au Japon ! Une 1ère depuis… 17 ans !!

Nouvelles directives de la Banque Centrale du Japon : Un changement radical

La monnaie japonaise face à des défis sans précédent

La Banque du Japon (BoJ) a récemment choisi d’appliquer un nouveau taux d’intérêt à court terme, oscillant entre 0 % et 0,1 %. Auparavant, ce taux se situait entre -0,1 % et 0 %, un changement qui, bien que minime, a une grande signification dans le monde financier. De plus, la BoJ a mis fin à deux outils non conventionnels, prenant une nouvelle orientation dans sa politique monétaire.

La décision de modifier le taux d’intérêt a été influencée par une hausse record des salaires au Japon, la plus importante depuis 1991, dépassant 5 %. Cette augmentation des salaires pourrait avoir un impact significatif sur l’inflation ; la BoJ se prépare à de nouvelles hausses de taux si l’inflation reste sur la cible de 2 %.

Des changements drastiques pour répondre à des défis sans précédent

Les marchés financiers avaient anticipé ce changement, particulièrement après l’annonce de résultats préliminaires la semaine dernière concernant les négociations salariales annuelles. En résultat, le Japon a connu une augmentation record des salaires, la plus élevée depuis 1991. En outre, l’inflation s’est accrue dans le pays depuis 2022, une hausse alimentée par une flambée des prix de l’énergie. Tout cela consécutif au début de l’invasion russe de l’Ukraine. Cependant, la BoJ a attendu de voir une dynamique positive entre ces augmentations avant de prendre des mesures.

Actuellement, l’inflation au Japon a atteint un niveau record de 3,1 %, quelque chose qui n’avait pas été vu depuis 1982. Ces changements indiquent que le Japon entre dans une nouvelle ère économique, caractérisée par une inflation plus forte que dans le passé. Après des décennies de faible inflation et de baisse des taux d’intérêt, le Japon et le reste du monde occidental entrent dans une ère de rareté et, potentiellement, de hausse des prix. En conséquence, les investisseurs et les économistes doivent s’adapter pour naviguer dans ce nouveau paysage inflationniste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *