2 mars 2024

Taxe foncière : une nouvelle hausse inévitable en 2024

La taxe foncière, impôt payé par tous les propriétaires immobiliers, est calculée sur la base des valeurs locatives cadastrales. Ces valeurs, censées représenter le loyer potentiel de chaque immeuble, subissent une revalorisation annuelle. Depuis 2018, cette revalorisation suit l'Indice des Prix à la Consommation Harmonisé (IPCH). La publication par l’Insee des données provisoires de l’inflation pour le mois de novembre 2023 permet d’avoir un aperçu plus précis de l’ICPH pour l’année 2023.

L'inflation joue donc un rôle clé dans le calcul de la taxe foncière. En effet, une hausse de l'IPCH entraîne mécaniquement une augmentation des valeurs locatives cadastrales, et par conséquent, de la taxe foncière. Cette indexation sur l'inflation, bien que visant à maintenir la taxe en phase avec l'évolution économique, soulève des critiques. Certains experts, comme Frédéric Zumbiehl, juriste à l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) interrogé par Le Figaro, pointent du doigt le fait que l'IPCH tend à augmenter plus rapidement que l'Indice des Prix à la Consommation (IPC), pénalisant ainsi les propriétaires.

Quelle augmentation pour la taxe foncière en 2024 ?

Pour 2024, une augmentation de la taxe foncière de 3,8% est prévue, un chiffre inférieur à l'augmentation forfaitaire de 2023 qui était de 7,1%. Cette hausse est directement liée à l'évolution de l'IPCH, qui a enregistré une augmentation de 3,8% en novembre 2023 par rapport à novembre 2022. Les données devront être confirmées par l’Insee mi-décembre 2023, mais l’institut est généralement très proche des données définitives lorsqu’il publie les données provisoires de l’inflation. Il ne faudra donc pas s’attendre à ce que la hausse réelle soit très différente des 3,8% estimés.

Cette hausse ne reflète pas uniquement l'effet de l'inflation. Les collectivités territoriales, confrontées à des dépenses croissantes notamment en matière d'énergie et de services, peuvent aussi influencer la variation de la taxe foncière en votant des augmentations de taux. Ce fut le cas à Paris : la taxe foncière sur les propriétés bâties dans la Capitale a bondi de 62% en 2023.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *