1 mars 2024

Les QR codes désormais obligatoires sur les bouteilles de vin

Chez le caviste, cherchez désormais… le QR code ! Ce dernier devient en effet obligatoire sur les bouteilles de vin à partir du 8 décembre 2023. Cette évolution réglementaire transforme fondamentalement l'approche traditionnelle de l'étiquetage des vins. Ces QR codes visent à offrir une fenêtre ouverte sur la composition exacte des vins. Les consommateurs pourront ainsi accéder à des informations détaillées, allant des ingrédients aux valeurs nutritionnelles, en passant par la présence de régulateurs d'acidité, de conservateurs et d'antioxydants.

Cette innovation réglementaire prend en compte la complexité inhérente à la production viticole. Les vins issus d'une même cuve peuvent présenter des variations significatives, influencées par les choix et techniques des producteurs. Ces différences, souvent masquées dans l'étiquetage traditionnel, seront désormais accessibles via le scan d'un simple QR code.

Des informations historiquement omises

Il faut savoir que jusqu'à présent, certains détails cruciaux sur le contenu des vins restaient hors de portée des consommateurs. Notamment, les informations relatives aux calories, à la teneur en sucre ou en gras, traditionnellement exemptées des étiquettes pour des raisons historiques, seront désormais à portée de main. Cette transparence accrue répond à une demande croissante de connaissance et de conscience de ce que l'on consomme.

La taille limitée des étiquettes sur les bouteilles de vin posait en effet un défi quant à la quantité d'informations pouvant être partagée. L'intégration des QR codes résout ce problème, offrant un accès complet à une liste exhaustive de données via un smartphone. Toutefois, certaines informations restent obligatoirement visibles sur l'étiquette, telles que l'indication géographique, le cépage, le taux d'alcool, la présence d'allergènes et les avertissements pour les femmes enceintes, assurant ainsi le maintien des normes essentielles de sécurité et de traçabilité.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *