1 mars 2024

Courses Protect : l’assurance Carrefour pour faire vos courses en cas de perte d’emploi

« Face à l’inflation et à la difficulté de certains ménages à se nourrir correctement, Carrefour lance une nouvelle forme d’assurance, appelée « La Garantie pouvoir d’achat ». Pour quelques euros par mois, les clients pourront recevoir des bons d’achats et des indemnités, en cas de difficultés financières.

Deux formules sont proposées par le géant de la distribution.

La première, appelée « Course Protect », au prix de 2,90 euros ou 3,90 euros par mois, permet d’obtenir un bon d’achat oscillant entre 75 et 150 euros par mois en cas d’incapacité de travail ou de perte d’emploi, mais également une indemnisation de 500 euros en cas d’invalidité lourde ou de perte d’autonomie.

La deuxième option, appelée « Budget Protect », suit la même logique, sauf que les bons d’achat sont remplacés par des indemnisations plus élevées allant de 300 à 500 euros. Et en cas d’invalidité lourde cette fois, la compensation atteint les 1.000 euros. En revanche, pour avoir le droit à cette couverture, il faudra dépenser chaque mois 5,90 euros ou 8,90 euros. »

35 % des Français intéressés !

« Selon un sondage, plus de 35 % des Français seraient intéressés par cette garantie Pouvoir d’achat. »

Tout d’abord, je tiens à rappeler que le PEBC que je mets en avant dans ces colonnes est très simple.

Au lieu de dépenser 8 euros par mois ou même 4 euros, il suffit d’acheter pour 5 ou 5 euros de plus chaque semaine de boites de conserve de votre choix, et de les stocker dans votre placard.

Les avantages sont multiples.

Par exemple en cas de chute de neige ou de tempête vous avez quelques provisions.

En cas de guerre et d’attaque extra-terrestres ou de zombies… vous avez des provisions.

Cela marche aussi en cas de pandémie Covid et de confinement… vous avez des provisions.

Si vos enfants prodigues arrivent un soir à la maison à l’improviste… vous avez des provisions. Notez que cela fonctionne aussi avec des amis. Toujours un plat de pâtes à partager !

Bien évidemment, si vous perdez votre boulot, vous avez des provisions.

Bref, faire des provisions comme la mamie, la femme du pépé, est toujours une bonne et en réalité du bon sens.

La société Carrefour ne fait que surfer sur notre incapacité collective à penser notre résilience personnelle et le facture !

Alors mes amis, soyons libres, soyons indépendants, soyons résilients, ayons un PEBC bien fourni, et vous l’avez compris, le PEBC est une allégorie, une parabole permettant de désigner tout ce dont vous avez besoin pour être le plus autonome possible.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *