1 mars 2024

Alerte climat : 1,5 degré de trop pendant 12 mois !

Le seuil critique du réchauffement climatique bientôt atteint, selon Copernicus

Les records de chaleur de 2023 et 2024 : une nouvelle inquiétante

Selon l’observatoire européen Copernicus, les températures globales ont franchi un cap symbolique inquiétant entre février 2023 et janvier 2024. Cette période de 12 mois a enregistré une hausse de température moyenne de 1,52°C, dépassant ainsi le seuil critique de 1,5°C en comparaison avec l’époque préindustrielle (1850-1900). L’année 2023 était déjà sur la liste des années les plus chaudes, mais le début de 2024 s’annonce encore plus alarmant. En effet, janvier 2024 a été enregistré comme étant le mois de janvier le plus chaud depuis le début des relevés de température, avec une moyenne mondiale s’élevant à 13,14°C.

Cette hausse ne signifie toutefois pas que le seuil critique est définitivement franchi, comme le précise Richard Betts de l’office de météorologie du Royaume-Uni, il faut plusieurs années consécutives de hausse régulière des températures pour parler de franchissement officiel. Toutefois, il est clair que les tendances actuelles mettent en évidence l’urgence d’agir pour combattre le réchauffement climatique.

L’urgence d’agir face aux records de température

Les premiers mois de 2024 sont préoccupants. L’Organisation météorologique mondiale et l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) préviennent qu’il est probable que 2024 enregistre des records de température supérieurs à ceux de 2023. En janvier 2024, la température moyenne des océans a atteint un record de 20,97°C, frôlant avec les valeurs les plus élevées jamais enregistrées.

Ces informations soulignent l’importance d’agir promptement et efficacement pour minimiser les effets du réchauffement climatique. Le respect des engagements pris lors de l’accord de Paris de 2015 revêt une importance de plus en plus cruciale. La tendance actuelle rappelle que le réchauffement climatique est une réalité incontestable qui nécessite un engagement mondial immédiat pour limiter les dommages à long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *