14 juin 2024

Consommation : faute d’argent, les Français n’achètent plus (et c’est mauvais)


Les Français sur le frein à la consommation : analyse des tendances

Dans le sillage d’une chute de 2,7 % des dépenses alimentaires des ménages français en avril 2024, de nombreux secteurs ressentent le poids d’un ralentissement de la consommation. À la lumière de ces données récentes de l’INSEE, nous examinerons les facteurs en jeu et leur potentiel impact économique.

Agendas culturels et consommation alimentaire

En avril, la consommation alimentaire a subi une baisse notable. Des postes tels que le chocolat et les confiseries, boostés par les festivités de Pâques en mars, ont vu leurs volumes de vente se resserrer. Ce phénomène souligne l’impact considérable des événements du calendrier sur les tendances de consommation. Par ailleurs, les achats de poissons en conserve et autres produits transformés ont également diminué, indiquant une réduction des dépenses sur certains biens non essentiels. À l’inverse, la consommation de tabac a enregistré un bond, offrant un contraste surprenant avec la tendance générale.

En parallèle, la consommation d’énergie a augmenté de 1,3 %, principalement portée par une hausse de la consommation de carburants. Malgré un climat économique tendu, cette propension au rebond traduit l’importance de certains besoins essentiels tels que la mobilité.

Un frein à la consommation peut-être annonciateur de difficultés économiques

La chute de la consommation des ménages en France est l’annonce, non seulement d’une économie nationale en tension, mais aussi d’éventuelles difficultés économiques à venir. En effet, le ralentissement de la consommation domestique peut avoir un impact négatif sur la croissance du PIB, comme en témoigne la modeste croissance de 0,2 % au premier trimestre 2024. La baisse de la consommation affecte de manière disproportionnée certains secteurs, comme le commerce de détail, l’un des principaux employeurs en France.

Par ailleurs, ce ralentissement peut entraîner une augmentation de l’épargne, comme en témoigne l’accroissement du taux d’épargne à 17,6 % du revenu disponible brut, ce qui pourrait encore plus limiter les dépenses futures des ménages. Il en résulte un resserrement du taux de marge des entreprises, mettant une pression sur leur rentabilité et leur capacité à investir et à embaucher.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *