14 avril 2024

L’inflation chute sous les 2,5% en mars 2024 !

Au mois de mars 2024, la France a connu une baisse notable de l’inflation de 2,3% sur une année, une amélioration appréciable par rapport à l’inflation de 3% notée en février 2024. Cette situation dénote d’une décélération des tarifs dans divers secteurs clés à l’image de l’agroalimentaire, des services, du tabac, de l’énergie ainsi que des produits manufacturés.

L’énergie et les produits manufacturés sous les contraintes économiques

La légère décroissance des coûts de l’énergie (-0,2% de manière mensuelle), en particulier du gaz et des produits dérivés du pétrole, contribue également à ce ralentissement général. Toutefois, d’après les chiffres avancés par l’Insee, les tarifs concernant l’énergie continuent leur ascension, avec +3,4% sur un an. Les articles manufacturés sont également touchés par ce ralentissement, avec une légère progression de 0,1% sur un an, en dépit d’une accélération des tarifs en lien avec la hausse saisonnière des tarifs d’habillement après les soldes d’hiver.

Services et tabac : des hausses de tarifs persistantes

Les services maintiennent une croissance constante à 3% sur un an, démontrant une résilience certaine dans ce secteur. Le tabac, en revanche, fait face à une hausse très conséquente de ses tarifs, atteignant 10,7%.

L’agroalimentaire, un secteur clé illustratif de ce ralentissement

Le domaine de l’agroalimentaire est un parfait exemple de cette tendance vers le ralentissement, avec une majoration de 1,7% des prix en mars 2024, très éloigné des 3,6% de février et bien loin de l’inflation à deux chiffres connue par la suite de la pandémie et exacerbée par la guerre en Ukraine. Plus précisément, les produits frais ont connu une baisse significative de leurs coûts, atteignant une déflation de 3,9% sur une année, alors que l’autre segment de l’alimentation connaît une majoration de 2,7%.

En guise de conclusion, ces diverses statistiques nous permettent de constater que l’activité économique du pays est toujours dynamique et qu’elle est sujette à des variations sur tous les fronts. Selon la fluctuation de l’inflation, il est évident que la consommation des ménages sera inévitablement affectée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *