19 avril 2024

Automobile : la LOA sera-t-elle moins avantageuse à l’avenir ?

Evolution de la Location avec Option d’Achat (LOA) : comprendre les changements à venir

Changements envisagés pour la LOA à partir de 2023

La Location avec Option d’Achat (LOA) est une solution populaire pour les personnes souhaitant utiliser une voiture neuve ou d’occasion sans les maux de tête de sa possession. Mais cette option pourrait devenir moins attractive suite à une nouvelle réglementation européenne qui entrera en vigueur en octobre 2023. Traditionnellement, la LOA, plus qu’un simple crédit, englobe une panoplie de services additionnels, incluant la garantie ou l’entretien du véhicule et tient compte du risque sur la valeur résiduelle du véhicule. Toutefois, Bruxelles envisage de recalibrer le fonctionnement de la LOA en utilisant le Taux Annuel Effectif Global (TAEG), qui intègre le coût total du crédit. Ainsi, la LOA sera soumise au seuil d’usure régulé par la Banque de France, ce qui conduira à une augmentation des coûts de financement. Les ménages moins aisés pourraient en particulier être touchés, compte tenu du plafond d’usure fixé à 7,35% pour un crédit à la consommation de 6.000 euros.

Le défi d’une application équilibrée pour le secteur automobile

Les nouveaux changements envisagés pour la LOA ne seront pas sans répercussions sur les automobilistes et le marché automobile au sens large. Quand bien même la transition est nécessaire, les professionnels du secteur doivent être prudents car la rentabilité de la LOA est maintenant en jeu. De plus, la directive européenne propose un délai de rétractation de 14 jours pour l’acquéreur d’une voiture en LOA, ce qui pourrait inciter les banques à devenir plus réticentes à offrir ce type de prêt. Suite à cette incertitude et aux potentielles conséquences sur le secteur, l’industrie automobile et les autorités françaises travaillent main dans la main pour trouver un moyen d’appliquer cette nouvelle réglementation en équilibre. En particulier, l’Association des sociétés financières (ASF) suggère la création d’un taux d’usure propre à la LOA. Cela permettrait de maintenir une protection pour les consommateurs tout en assurant l’attractivité de la LOA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *