14 avril 2024

Croissance : la prévision pour 2024 amputée d’un tiers



Révision à la baisse de la croissance française en 2024 : Bruno Le Maire annonce un plan d’économie


Face à une révision à la baisse des prévisions de croissance économique, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, prévoit des mesures d’économies afin de maintenir la stabilité financière du pays.

Un nouveau tableau pour la croissance économique prévue en 2024

Alors que le tableau initial projetait une croissance économique de 1,4% pour 2024, les prévisions ont été revues à la baisse à 1%. Selon Bruno Le Maire sur TF1 le 18 février 2024 qui confirme maintenir malgré tout une croissance positive. Pour maintenir l’équilibre, le ministre de l’Économie a annoncé dans le même temps un plan de réduction des dépenses publiques de 10 milliards d’euros. Ce plan cible exclusivement le train de vie de l’État.

Le recours à de telles mesures se justifie par le contexte géopolitique incertain, notamment affecté par la guerre en Ukraine et la récession en Allemagne. Ces facteurs, cumulés aux baisses de recettes fiscales, imposent un réajustement budgétaire de l’État français.

Un plan de réduction des dépenses d’envergure

Dans le cadre de ce programme d’économies, 50% des économies proviendront de la réduction des dépenses de fonctionnement des ministères. Ce qui se traduira entre autres par une limitation des achats et des dépenses énergétiques. Une autre partie des économies sera réalisée grâce à des coupes dans les aides publiques, notamment MaPrimeRénov’ et l’aide au développement. L’objectif est clair : éviter d’augmenter les impôts ou taxes qui pourraient affecter le portefeuille des ménages.

« Chacun des ministères va être mis à contribution », a précisé Bruno Le Maire. Cela montre clairement l’ambition du gouvernement de répondre à ce défi économique avec une approche globale et inclusive impliquant toutes les branches de l’État.

L’impact de ces mesures sur le déficit et la dette de la France

Le gouvernement français se trouve à un carrefour décisif. Il cherche à équilibrer les comptes publics sans nuire à la croissance économique et tout en respectant ses engagements en matière de déficit et de dette. Le défi est de respecter l’objectif de contenir le déficit sous les 3% et de maintenir la dette à 108.3% du PIB à l’horizon 2027 tout en évitant d’augmenter la charge fiscale.

En résumé, la révision à la baisse de la croissance économique et le plan d’économie prévu illustrent la volonté du gouvernement d’adaptabilité tout en essayant de maintenir une stabilité économique et financière.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *