1 mars 2024

Energies fossiles : le gouvernement n’en veut plus, peut-on s’en passer ?

Le gouvernement français a pris un engagement ferme pour sortir de la dépendance aux énergies fossiles d'ici 2050. Actuellement, la consommation d'énergie en France est composée à 37% de pétrole et 21% de gaz, majoritairement importés de Russie et du Moyen-Orient. Cette dépendance pèse lourdement sur le portefeuille des Français, avec des prix fluctuants et souvent élevés. La nouvelle stratégie vise à remplacer ces sources par des alternatives locales, plus stables et économiquement avantageuses. C'est à priori une bonne nouvelle pour les consommateurs qui verront leurs factures d'énergie baissée.

En parallèle, la France prévoit de développer massivement ses capacités en énergies renouvelables, notamment l'éolien en mer et le solaire photovoltaïque. L'objectif est d'atteindre 18 gigawatts de capacité en éolien en mer et plus de 75 gigawatts en solaire d'ici 2035. Le nucléaire reste un pilier de cette stratégie, avec le lancement d'un programme de construction de 6 à 8 nouveaux réacteurs EPR2. L'objectif de ces initiatives est d'assurer une production d'énergie plus propre et plus autonome.

Diminuer de 40 à 50% la consommation d'énergie d'ici à 2050

Un autre aspect tout aussi crucial de la stratégie est la réduction de la consommation d'énergie. L'objectif est ambitieux : diminuer de 40 à 50% la consommation d'énergie d'ici à 2050 par rapport à 2021. Cette réduction passera notamment par la rénovation de l'habitat pour une meilleure efficacité énergétique et le développement des véhicules électriques. On le sait, des aides sont déjà mises en place pour permettre ces rénovations énergétiques comme MaPrimeRénov’' avec des aides pour l'installation de pompes à chaleurs chez soi. Plus récemment, l'Île-de-France a annoncé une aide de 9 000 euros à l'achat d'une voiture électrique. Ces mesures visent à rendre la consommation d'énergie plus efficiente et moins coûteuse pour les consommateurs.

Cette transition énergétique représente un changement majeur pour les consommateurs français. Elle promet une réduction significative des coûts énergétiques à long terme et une plus grande indépendance vis-à-vis des fluctuations des marchés internationaux. De plus, le développement de nouvelles industries énergétiques locales est susceptible de créer des emplois et de stimuler l'économie. Sachant que le taux de chômage est important (7%). Cependant, cette transition nécessitera des investissements initiaux, tant de la part des consommateurs que de l'État.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *