19 avril 2024

L’inflation, en baisse en février 2024, tombe sous les 3%

Les consommateurs français continuent de ressentir les effets de l’inflation, malgré un certain ralentissement de la hausse des prix en février 2024. Les tarifs des denrées alimentaires ont augmenté de 3,6% par rapport à l’année dernière, notamment à cause de la hausse stratosphérique des prix du tabac qui ont bondi de 18,7%. Cependant, l’énergie et les services ne sont pas en reste et contribuent également à cette hausse générale des coûts de la vie.

L’impact croissant des coûts de l’énergie

Les foyers français souffrent également de l’augmentation des factures d’énergie. Selon les chiffres provisoires de l’Insee, les prix de l’énergie ont grimpé de 4,4% en février 2024 par rapport à la même période de l’année précédente. Notamment, le coût du gaz a retrouvé son niveau du printemps 2021, après avoir été multiplié par dix suite aux conflits en Ukraine. D’un autre côté, les produits manufacturés ont connu une hausse modérée de 0,3% tandis que les services, notamment les loyers et les transports, ont vu leurs tarifs augmenter de 3,1% en un an.

Le gouvernement reste optimiste malgré une inflation persistante

Malgré ces chiffres, le Ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, voit d’un bon œil ce ralentissement de l’inflation, le considérant comme un signal positif de stabilisation économique. Il a réitéré son objectif d’amener l’inflation sous le seuil des 3% d’ici la première moitié de 2024, ce qui serait une première en deux ans. Bien que l’inflation française actuelle de 2,9% dépasse légèrement l’objectif de la Banque Centrale Européenne (BCE), qui vise une inflation moyenne de 2% pour l’ensemble de la zone euro, la tendance générale à la baisse est rassurante. Néanmoins, les ménages continuent de ressentir les pressions inflationnistes, notamment dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie et des services.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *