1 mars 2024

Made in France en 2024 : Entre adaptation stratégique et affirmation sur la scène internationale





Un regard approfondi sur l’influence croissante de l’attrait pour le Made in France et ses implications

À la suite de la pandémie de COVID-19, le Made in France a gagné un élan exceptionnel avec 64% des Français affirmant qu’ils consomment plus de produits localement fabriqués qu’auparavant. Plusieurs facteurs, tels que les politiques gouvernementales, la transition énergétique, et des préférences de consommation évolutives motivent cet engouement. Cet article explore plus en détail cette évolution.

L’essor du Made in France : entre dynamisme des consommateurs et soutien insuffisant du gouvernement

Le label Made in France a acquis un prestige certain, représentant 81% de la consommation des ménages. Cependant, malgré cet engouement, les consommateurs restent vigilants sur le rapport qualité-prix, insistant sur l’importance de l’alignement entre l’origine française et la qualité du produit. Par ailleurs, la promotion du Made in France par les médias contribue grandement à inciter les consommateurs à choisir des produits qui respectent l’environnement et les normes sociales.

En dépit de ces progrès, le soutien du gouvernement au Made in France reste limité. Les normes strictes et les contraintes imposées par les politiques de transition énergétique pèsent lourdement sur les entreprises françaises. Si le gouvernement amplifiait son soutien en mettant en valeur les efforts de ces dernières à travers des certifications ou des labels facilement compréhensibles, cela pourrait renforcer la confiance des consommateurs envers le Made in France.

Le défi de la compétitivité du Made in France sur un marché mondial

Sur le marché international, le Made in France ne jouit plus du prestige qu’il avait par le passé. Écrasés par la concurrence intense sur la scène mondiale, les produits français ont perdu de leur lustre. Toutefois, indépendamment de l’origine du produit, c’est la qualité qui reste le critère dominant pour les consommateurs.

En 2024, un cocktail d’incertitudes macroéconomiques et de potentielles opportunités autour des Jeux Olympiques de Paris, pourrait jouer un rôle clé sur la santé du Made in France. Malgré ces défis, une large part de l’optimisme subsiste. Le Made in France n’est pas forcément synonyme de coûts élevés comme on pourrait le penser. Les fabricants français, soumis aux mêmes règles que les acteurs internationaux, ont toutes les capacités pour rivaliser avec leurs homologues étrangers.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *