1 mars 2024

Nicotine en sachet : un nouveau danger pour les adolescents

En France, l’attention se porte désormais sur une menace émergente : les sachets de nicotine et le snus. Selon un récent rapport de l'Anses, le nombre de cas d'intoxication liés à ces produits a augmenté de façon alarmante depuis 2020. « Les enfants et adolescents sont les principales victimes », constate l'agence, avec des conséquences parfois graves telles que des vomissements prolongés et des convulsions. Les sachets de nicotine, souvent utilisés de manière intentionnelle par les 12-17 ans, posent un risque significatif pour cette tranche d'âge.

Le snus, bien que prohibé en Europe à l'exception de la Suède, reste accessible et continue de poser des problèmes sanitaires. Ces produits, connus pour leur présentation attirante et leur large diffusion sur les réseaux sociaux, ciblent particulièrement les jeunes. Cécilia Solal, coordinatrice de l'étude, insiste sur l'importance d'un cadre réglementaire strict pour ces produits jusqu'alors peu contrôlés.

Un risque sous-estimé pour les plus jeunes

Les enfants de moins de trois ans ne sont pas épargnés par cette menace. Les cas d'ingestion accidentelle de nicotine en sachet ou à chauffer ont conduit à plusieurs hospitalisations. L’Anses souligne également le danger des billes aromatiques utilisées dans les cigarettes, souvent confondues avec des bonbons par des enfants attirés par leurs couleurs vives. Entre 2020 et 2022, les appels aux centres antipoison pour ces billes sont passés de 3 à 86, illustrant une augmentation préoccupante.

Face à ces chiffres alarmants, l’Anses appelle à une sensibilisation accrue, notamment auprès de la communauté éducative et des professionnels de santé. Le but est de mieux informer sur les risques immédiats et la possibilité de dépendance nicotinique. L'agence plaide également pour une modification de la présentation de ces produits afin de les rendre moins attractifs pour les jeunes, un pas essentiel dans la prévention des accidents domestiques liés à ces produits.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *