2 mars 2024

SNCF : les prix des abonnements TGV Max Actif et Actif+ explosent

Les abonnés TGV Max Actif et Actif+ de la SNCF vont devoir faire face à une augmentation de leurs mensualités. À partir du 1er février 2024, les tarifs de l'abonnement Max Actif connaîtront une hausse de 10%, tandis que ceux de l'abonnement Max Actif+ augmenteront de 5%. Cette modification tarifaire concernera tous les clients, indépendamment de la date d’anniversaire de leur abonnement. Par exemple, un abonnement mensuel TGV Max Actif pour un trajet Paris-Lyon passera de 360 à 396 euros, et de 312 à 343 euros pour un trajet Paris-Reims.

Cette hausse représente un surcoût non négligeable pour les 20.000 clients utilisant ces offres. Ils devront s'acquitter de quelques dizaines d'euros supplémentaires par mois. Pour les utilisateurs réguliers des lignes TGV, notamment ceux qui se déplacent pour le travail, cette augmentation pourrait avoir un impact significatif sur leur budget de transport. Il ne faut pas non plus oublier que les prix des cas abonnements avaient déjà augmenté de 5% début 2023.

Même après cette hausse, prendre un abonnement restera économiquement plus intéressant

Mais après tout, le tableau n’est pas aussi noir. D’une part parce que pour 85% des clients concernés, ces abonnements sont financés à hauteur d'au moins 50% par leurs entreprises, ce qui pourrait atténuer l'impact financier direct pour de nombreux voyageurs. D’autre part, malgré cette augmentation, les abonnements TGV Max Actif et Actif+ restent économiquement avantageux par rapport aux tarifs standards. En moyenne, un trajet en seconde classe avec l'abonnement Max Actif coûtera désormais environ 18 euros, contre 16,5 euros précédemment, et 16 euros avec un Max Actif+ (contre 15 euros auparavant), alors qu'un billet classique coûte entre 40 et 45 euros.

La SNCF justifie cette augmentation tarifaire par la nécessité de s'adapter à l'évolution des usages, notamment en raison du développement massif du télétravail. En clair : les allers-retours quasi-quotidiens entre la province et Paris s’étant généralisés, les abonnés TGV Max Actif prennent désormais plus souvent le train, mettant la pression sur l’équilibre financier de la SNCF.

Article initialement publié sur EconomieMatin :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *